Here We Go !

« Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ; t'apprendront tout ce que tu n'as jamais su »
 

Partagez | 
 

 Rat de bibliothèque [ Terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 16/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Rat de bibliothèque [ Terminée ]    Jeu 16 Mar - 14:35



Noham Stolh

✗ Véritable identité : Noham Stolh
✗ Surnom : Aucun
✗ Sexe : Masculin
✗ Âge : 24 ans
✗ Groupe & Rang : Neonuxis
✗ Avatar utilisé : Shion [N°6]

✗ Particularités : - Très réfractaire à la nouvelle technologie
- Aime les antiquités, plus particulièrement les livres manuscrits
- Difficultés d'adaptation


❝ Je rêvais d'un autre monde .... ❞


Physique : '' Feel like a monster''


Noham est un jeune de taille moyenne, voire petite, avec son 1m67. Mais ce n'est pas sa taille qui le caractérise le plus. A cause des produits toxiques provenant des usines Nevanade, parcourant Dead End, là où il vit actuellement, diverses mutations internes et physiques se sont produites sur lui. En effet, Noham a subit les transformations externes suivantes : ses yeux émeraudes sont devenus rouge sang, ses ongles sont bizarrement devenus bleus, son teint est devenu très pâle, des marques rouges, pouvant s'illuminées dans le noir, sont apparues sur son corps, de la tête aux pieds. Ses cheveux blancs n'ont en aucun cas un rapport avec les mutations. Suite à un choc émotionnel assez traumatisant, Noham a développé le Syndrome de ''canitie subite'', ou communément appelé le "Syndrome de Marie-Antoinette". Depuis cet événement marquant, ses cheveux ont gardé cette teinte. Noham a aussi constaté d'autres modifications, mais cette fois ci internes : sa langue est devenue de couleur magenta, son sang et ses larmes sont de teinte violettes, violet foncé pour le sang et violet clair pour les larmes.




Caractère: '' Doux comme un nuage ''


Noham est d'un tempérament très calme. Il est doux, gentil, aimable et poli avec son prochain, même si le contact humain n'est pas son fort. Il a toujours soif de connaissance. Il est donc curieux et  attentif à ce qui l'entoure. Mais avant tout, c'est un grand rêveur. Il a en permanence la tête dans les nuages. Il est très inventif et possède un imaginaire très développé. Il est de nature candide et craintive, incarne la pureté et l’innocence, malgré un passé miséreux. Il n'aime pas la compagnie des autres. Il évite le plus possible d'être en contact avec quelqu'un, et ne donne pas sa confiance facilement. De plus il est agoraphobe, il ne peut donc pas se trouver dans un lieu avec une foule de gens. Dans ces moment là, il se met à trembler, à pleurer, à suffoquer, tel un petit agneau blanc affrontant une meute de loup affamée. Quand les circonstances l'oblige à se mêler à la société, il fait en sorte de ne pas se faire remarquer ( enfin il essaye ). Il n'est pas très bavard, n'engagera pas la conversation avec autrui. Il fera juste acte de présence, en écoutant, observant, et obéissant quand on lui donne des directives.





Histoire '' Once upon a time ''


Chapitre 1 : My Childhood

Une vie paisible, calme, normale. Rien à signaler tout allait bien. Papa et Maman étaient là avec moi. Une vie de civile rien des plus ordinaires. Mes parents s'étaient rendu à Avalon de part le message de paix que la ville véhiculait. Il voulait que leur fils, encore dans le ventre de sa mère, paré sous peu à la découverte du monde, évolue dans un environnement fiable, sans conflits et où la sécurité et l'harmonie coopère.

11/ 02/ 17 à 3h00 dans l'hôpital d'Avalon : Noham Stolh, garçon de 2.5kg, voyait le jour. Noham, prénom dont la signification représente l'espoir, tout chétif, ouvrait les yeux à ce monde nouveau, porté sur l'apaisement et l'entente.

Environnement : Mes parents d'origine Suédoise exerçaient le travail de professeurs de littérature dans un lycée. J'ai été bercé dès mon plus jeune âge par les livres, les contes, les mythologies, et les langues étrangères. Mon âme d'enfant a été forgé par toutes ces littératures, ces mondes fantastiques, venu de je ne sais où, de l'imaginaire, du cerveau humain, surpassant les limites et la réalité. Les livres m'ont construit, aidés, appris, et aussi sauvés...

Chapitre 2 : Des changements

La vie évoluait à grand pas à Avalon. Des nouvelles découvertes ont surpris la population. Un calamar étrange était devenu le produit ''star'' du pays, les technologies avançaient à grand pas et envahissaient nos mode de vie. Je n'ai jamais aimé ces machines, ces robots, ses intelligences artificielles. Tout ces progrès ne m'ont jamais inspiré confiance. Je ne jurais que par les vrais informations que l'on trouvaient dans les bouquins. Il m'arrivait et il m'arrive quelque fois, d'utiliser un bon vieil ordinateur, avec Windows 7 pour effectuer quelque recherche sur Google Chrome. Je touchais à tout ce qui était rétro. La nouveauté me faisait peur et ne m'attirait nullement.

12/05/2027 : Papa et Maman m'avaient ramené une drôle de boisson gazeuse coloré comme les couleurs de l'arc en ciel. Âgé de 10 ans, cette liqueur bulleuse et flashy ne me donnait pas spécialement envie, mais je voulais comme même la tester, juste pour savoir le gout que cela avait. Je me rappelle en avoir beaucoup consommées par la suite dans ma jeunesse. Elles étaient si vives, si délicieuses et surtout il y avait de jolies couleurs.

Des rumeurs couraient que de jeunes adolescents semaient la pagaille. J'étais trop jeunes pour m'en soucier mais mes parents m'ont seulement avertit, à l'époque, de ne pas parler à ces jeunes, ne jamais leur laisser m'adresser la parole, ni même de croiser leur regard. La peur du monde extérieur commença a se développer. Depuis ces événements, je n'avais plus la possibilité ni le pouvoir de continuer une scolarité normale. J'étais déjà le vilain petit canard de ma classe, mais ma phobie avait fait de moi un enfant reclus, isolé socialement, constamment le nez dans les bouquins et les boissons gazeuses.

Papa et Maman eux aussi changeaient beaucoup. Ils se disputaient sans arrêt. Les médias les apeuraient également. Ils étaient toujours sous tension. De plus, la littérature n'intéressaient plus personnes. Les jeunes préféraient être dans la rue, se bagarrer entre eux plutôt que d'étudier. J'étais un des rares a aimer et lire des livres manuscrits. Pour moi, les livres sont des trésors inestimables qu'il faut chérir. En même temps, ils étaient ma seule raison de vivre. Il y avait moi et mes livres. La boisson ne me faisait plus envie, elle m’écœurait plutôt. Il m'arrivait parfois de sortir dehors, mais uniquement pour prendre un peu une bouffée d'air frais et a des heures stratégiques pour croiser le moins de monde possible.

Un des plus grands changement que j'ai eu à subir, était le déménagement forcé de mes parents. Nous sommes passés du confort urbain de la ville à la crasse des bidonvilles. Mes parents n'ayant plus de travail, ne pouvaient plus payer convenablement le loyer, il en fallait donc un moins cher. Mon rythme de vie avait changé du tout au tout. Je ne me suis pas encore habitué à cet environnement, même à l'heure actuelle, mais pour mes parents s'était la descente en enfer. Leur espoirs avaient fini par être anéantis. Rien n'allait plus : pas de travail, pas d'argent, une vie de misérable, pas d'harmonie familiale, entre un fils enfermé H24 dans sa chambre, un mari infidèle, et une épouse hystérique. La folie avait pris possession de toute la famille. A force de rester dans ma chambre, à lire sans cesse, j'ai perdu toute notion du tactile. Mes parents ne pouvaient plus m'approcher, ni même me toucher ni m'embrasser. J'étais devenu un singe savant enfermé dans une cage dorée. Je cherchais à m'évader, mais je ne le pouvait pas. Tout m’empêchais de sortir de ce cercle : mes parents et ma phobie du monde extérieure. Je me suis donc réfugier dans un monde imaginaire, purement fictif, dans lequel je me suis plongé, pour ne plus jamais remonté à la surface.

Chapitre 3 : Mutations et destructions  

Voilà déjà trois ans qui nous vivions dans ce trou à rat. La vie à "la maison'' devenait de plus en plus insupportable. Je n'arrivais plus à me concentrer sur rien. Les cris de mes parents résonnaient dans ma tête, pas moyen de lire en paix. Alors, la journée, quand le chaos chantait, je sortais dehors, malgré ma peur du monde extérieur. Il m'a fallu beaucoup, mais alors beaucoup de volonté et de courage pour sortir, loin des bourdonnements qui sifflaient dans mon crâne. Je sortais par ma fenêtre de chambre, enjambait la rembarre, descendait l'échelle, et mettait pieds à terre. Je rêvais d'aventures comme dans mes livres, et pour moi faire un pas dehors était une véritable aventure. Je n'avais pas spécialement d'endroit qui me servait de refuge, mais je me posais souvent, sous un pont, longeant étendue d'eau aux couleurs arc en ciel, me rappelant les limonades de mon enfance.

A 13 ans, la vie d'un adolescent est censé être tourmenté avec les changements hormonaux, la crise d'adolescence et la rébellion contre ses propre parents. La mienne avait été plus radicale. Je pensait avec de l'acné sur le visage, de la pilosité sur certaines parties de mon corps, une voix qui mue, comme le décrivent les livres de sciences. Mais rien de tout cela ne s'était produit pour moi, et pour tout les mômes de mon âge, dans les bas quartiers de Dead End. Certaines personnes, à force d'être exposé aux produits toxiques des usines Nevanades, avait subit des transformations. Je parlerais même de mutations. Pour mon cas, la première chose que j'avais remarqué en moi, était la coloration de mon sang, de mes larmes et de ma langue. Ma langue était devenue aussi rose que la limonade à la framboise que je buvais étant jeune. Cette première mutation était encore facile à dissimuler. Mon sang et mes larmes avaient pris des teintes violettes. Aucun de mes livres ne parlaient de tels phénomènes lors de la puberté. A force de traîner près du pont, d'autres mutations étaient apparues. Des marques rouges étaient apparues sur mon corps tout entier. J'avais même remarqué qu'elles brillaient dans l'obscurité. Ces marques étaient difficile à dissimuler aux yeux de mes parents. Mais j'avais réussi à dissimuler ces marques, en ne sortant quasiment jamais de ma chambre, en me rendant dehors, et aussi en évitant de croiser mes pauvres parents dans notre ''maison''. Mais les choses s'étaient compliquées quand mes cheveux d'un châtain très clair avaient pris une teinte turquoise. Mes parents s'en étaient aperçu assez rapidement. Leur vie s'effondrait d'avantage. Leur fils était devenu un Neonuxis, individu rejeté de la société de part leur différence. C'était le début de la décadence.

Mes parents de part mes mutations, m'enfermèrent dans ma chambre à double tour, m'apportant de pauvres ressources alimentaires pour tout de même me laisser survivre. Il avait songer plusieurs fois à mettre fin à mes jours. Pour eux, tout était de ma faute. Il n'aurait jamais vécu ainsi s'ils ne m'avaient pas donné naissance. Le dehors ne m'étais plus accessible, ma fenêtre avait été barricadée. Mais ils en étaient tout bonnement incapable. Me revoilà, replongeant dans mon monde imaginaire, essayant de rêver à des choses douces, belles et agréable, pour ne pas affronter la dure réalité de la vie.

09/05/2032 : Voilà deux ans que je vivais enfermé comme un prisonnier. Mes mutations s'étaient accentuées. Mes yeux verts étaient devenus aussi rouge que le sang. Mon cas ne s'arrangeait pas. Je devenais de plus en plus maigre et de plus en plus pâle. Je ressemblais à un vampire, que l'on retrouvait dans les contes pour jeunes filles, fantasmant de ce faire sucer le sang par ces créatures. Mais à cette date précise, ma vie avait été chamboulée. Comme à mon habitude, je lisais dans ma chambre, et planais dans un univers que moi seul contrôlais. Mes parents drogués et alcooliques, piaillait dans le salon. Soudain, un grand bruit sourd retentit. La porte de ma chambre se brisa en mille morceaux. Des jeunes, des racailles, avaient pris possession du domicile. lls me prirent par le bras en le serrant fortement, me traînant de force dans le salon. A genoux, au sol, mes parents à terre eux aussi, me regardèrent peinés. Ces personnes étaient très puissantes et méchantes. Ils ne fallait surtout pas leur désobéir. Et ça ils l'avaient bien compris. Ils menaçaient mes parents de ne pas bouger sinon c'était la mort assurée pour eux. Ces personnes, de part leur attitude et de leur accoutrement, faisait surement partis des Wolf Bane. Ils n'étaient pas d'humeur joyeuse. Ils me prirent en otage, pour forcer mes parents à les rembourser pour une dette. Je savais que mes parents avaient sombrés très bas, mais pas à ce point là. Aucune émotion n'émanait de mes parents. Ils étaient même près à marchander : ma vie contre leur dettes. Je n'entendait rien ... non ce n'est pas possible ... Mes propres parents me rejetaient eux aussi. Ennuyé par ce deal, les voyous, prirent à malin plaisir à me frapper, à me torturer devant les yeux de mes parents, en argumentant le fait que les personnes dans mon genre sont monstrueuses et répugnante. Cela les amusaient. Je souffrais. Mais personne n'était là pour me venir en aide, pas même mes propres parents. Au bout de plusieurs heures de tortures physiques et mentales, je m'écroulais au sol. Mes parents n'avaient toujours pas changé d'avis. Je saignais de partout. Du violet foncé tachait mes habits et ma peau. Leur petit jeu une fois terminé, les malfrats se sont donné un grand plaisir à abattre mes parents sous mes yeux. Une balle dans le crâne pour chacun d'eux. J'aimais mes parents .... mais ce n'était pas tout. Tout ce qui se trouvait ici devait disparaître et brûler, les corps, les meubles, les vivres ... mes livres. Non !!!! Pas mes livres. Non !!!! Se sont les choses les plus précieuses à mon cœur.  Je n'ai rien pu faire pour les stopper, j'étais trop faible. Je ne voulais pas mourir. Je tenais trop à mon monde imaginaire et à mes livres pour mourir dans de telles conditions.    
Plus rien. Presque tout avait brûlé. Seuls quelques livres avaient survécus, mais en piteux états. Et le plus surprenant, c'est moi. Comment avais je réussi à ne pas succomber aux flammes ? Un miracle ? Sans doute. A mon réveil, je me trouvais, sous le pont que j'avais l'habitude de fréquenter quand je fuyais de chez moi. Quelques livres étaient là à mes cotés. Mais autre chose d'étrange m'avais interpeller : mes cheveux. Ils avaient blanchis. Pas un seul cheveux turquoise. J'étais dorénavant seul, sous un pont, sans domicile, orphelin, prêt à survivre dans un monde hostile. Noham, jeune Neonuxis âgé de 15 ans, allait affronter ses plus grande peur.

Chapitre 4 : Une apparition   

Pendant pas mal de temps j'avais erré dans Dead End à la recherche d'eau et de nourriture. De plus, une autre mutation était apparue sur moi, mes ongles ont pris une teinte bleu, donnant l'impression d'avoir les bouts des doigts congelés en permanence. J'avais pris l'habitude de chercher et de récupérer d'anciens livres que les gens ne voulaient plus, dans les poubelles. Dans les bidonvilles, pleins d'antiquités étaient stockées. Je m'y sentais bien, rassuré et en sécurité. Pour stocker toutes ces merveilles il me fallait bien un lieu pour les ranger. Il fallait donc que je trouve un appartement. Tout ceux disponibles étaient en piteux état. Mais peu m'importait. Et pour obtenir un logement, il fallait de l'argent. J'ai donc à partir de mes 16/17 ans commencer à trouver des petits boulots par ci par là. J'ai eu beaucoup de mal, mais j'y arrivais. Mon seul désir était de retrouver un endroit où mes rêves et mon imagination pouvait s'exprimer à nouveau. J'y suis maintenant parvenu mais il m'a fallu un certain temps avant de bien m'installer moi et mes trésors.

Je vivais sans me faire remarquer. J'allais travailler quand je le devais, je rentrais chez moi et me réfugiais dans mes livres. Une vie peu passionnante mais qui me suffisait. Je voulais profiter de ma vie pour m'évader, l'esprit libre. Certes tout le monde répugnait les gens de mon espèce, mais nous étions comme même nombreux dans Dead End. Et le fait d'avoir des cheveux blancs, me distinguais plus des autres. Même les Neonuxis, ne me considéraient pas entièrement comme l'un d'entre eux de part cette particularité capillaire. Je n'étais accepté nulle part, mais je l'avais accepté. Personne ne m'avais accordé le moindre intérêt, pas même mes propres parents. Je pensais souvent à eux.....

De nouveaux gangs se formaient, dont un de mon quartier qui se nommait les Toxic Lights. Ils défendaient notre cause en saccageant les responsables de nos mutations : les usines Nevanades. J'aimais leur façon de faire, mais je préférais les observer de loin plutôt que de participer à leurs actions. Puis, j'en étais à peu près sûr qu'ils ne m'accepteraient pas et que j'aurais eu beaucoup de mal à me fondre dans un groupe de gens. La solitude m'avais gagné, et je m'étais fait avec.

11/04/2038 : Au revoir solitude : Ce soir là comme tout les soirs, je m'étais installé, sur ce qui me servait de canapé, lisant un conte que l'aimais lire étant enfant '' la belle et la bête ". J'avais toujours été fasciné par cette femme qui était tombé amoureuse d'un monstre, au cœur noble. Peu de personnes prennent le temps de scruter l'âme de quelqu'un de repoussant. Je me sentais repoussant. Je me sentais comme un monstre. Devenir ainsi à cause de limonades ne m’enchantais guère. Moi qui lisais depuis mon jeune âge divers livres, j'y retrouvais toujours de l'amour. Je rêvais de le trouver un jour et de le garder rien que pour moi, et personne d'autre. Mais regardez moi !!!! C'était tout bonnement impossible. Mais je vivais de ses rêves après tout. Je savais qu'ils ne pouvaient se réaliser, et je vivais avec fièrement. La fenêtre ouvert, je regardais le paysage qui s'offrais à moi, le vent me fouettant le visage. J'aimais respirer. Mais je m'éternisais jamais longtemps car mes marques rouges scintillaient à cette heure de la nuit, et je ne voulais pas qu'on me remarque. Il se faisait tard, je travaillais le lendemain, je devais finir mon histoire avant d'aller me coucher. Je laissais la fenêtre ouverte, car je la fermais toujours avant de m'endormir. C'était la dernière page qu'il me restait à lire, quand quelque chose, un bruit sourd s'entendait dans mon salon. Je n'ai pas eu le temps de relever la tête de mon livre, quand une main se posa sur ma bouche. Je tournais légèrement la tête. Un homme ( ici ) me faisait signe de me taire. Quelques minutes plus tard, il enleva sa main, se précipita doucement vers la fenêtre pour la fermer. Il revint vers moi me remerciant de lui avoir obéis. Il m'expliqua qu'il était poursuivi et qu'il devait se réfugier quelque part.  Désespéré, il vit mes marques rouges scintillantes et le voilà ici. Depuis cette nuit, ma vie n'avait plus été la même.  

Chapitre 5 : What is love ?

Cet homme du nom de Sacha Frost, était un milicien qui avait pris pour habitude de se cacher chez moi quand les hommes qu'ils suivaient à la trace le repéraient. Pendant longtemps il s'était introduit chez moi. Je n'étais pas convaincu au départ de ces intrusions. Mais il avait quelque chose de rassurant. Il ne me gênais pas tant que ça. Le contact avec lui avait été difficile pour moi. Parler à quelqu'un que je ne connaissais pas. C'était une rude épreuve. Mais plus il passait, et plus je me sentais à l'aise à ses cotés. De plus, la présence des Neonuxis ne le gênait pas. Il ne jugeait pas une personne par son apparence. Les nuits où il ne venait pas, je me sentais comme vide de l'intérieur. Mes livres n'arrivaient pas à distraire quand il n'était pas là. Mais quand il était là, je ne voulais qu'une chose, lui parler, le connaître tout entier. Je lui avais fait découvrir les antiquités, les livres. Ils s'intéressait et s'étonnait de mes passions.

Ces visites devenaient de plus en plus fréquentes. Plusieurs années avaient suivies ainsi. Il me visitait tout les soirs, même en dehors de ces heures de filatures. Rien ne nous laissait indifférent. Nous savions tout l'un de l'autre. Nous étions devenus très proches. J'ai toujours rêvé d'amour, et avec Sacha, j'avais vécu tout ça. Je l'aimais. Je suis tombé amoureux de cet homme, et je l'aime toujours à l'heure actuelle. Ces sensations indescriptibles quand je le voyait, étaient mieux que dans mes rêves. Je ne pensais pas être homosexuel, mais je crois qu'il n'était pas question de ça. L'amour m'était tombé dessus et j'étais très heureux. Mais mes sentiments je les gardait pour moi, je ne voulais pas le décevoir où déclencher un malaise en lui avouant ce que je ressentais.

Une nuit je pris la décision de tout lui avouer. J'avais retrouvé des émotions grâce à lui. Je ressentais à nouveau. J'étais capable d'engager une discussion avec lui, de le toucher, sans en avoir peur et sans éprouver le moindre dégoût. Il était tout. L'amour que je cherchais, celui que je voulais, celui qui me donnais des ailes, celui que j'aimais, et qui n'appartenais qu'à moi. Encore fallait il que je fasse le premier pas. A sa visite, ma confessions fut longue à arriver à cause du stress, mais j'vais fini par tout lui dire. A cet instant, mes lèvres s'étaient collées aux siennes, mes mains s'entrelaçaient, nos corps se faisaient plus qu'un. Ce fut ma plus belle nuit.

Chapitre 6 : Où que tu sois je te retrouverais

J'étais l'homme le plus heureux du monde. L'homme que j'aime ma rendu la pareille. Mes journées étaient plus gaies. Je m'évadais moins dans l'imaginaire. Le présent était bien comme il était. Mais ... après cette nuit, je n'ai plus eu la moindre visite de sa part. Que lui était il arrivé ? M'aimait il ? Etait il toujours en vie ? M'avais t-il pris par pitié ? Je ne le savais guère. Mais il était impératif que je le retrouve. Je ne pouvais envisager d'être loin de lui aussi longtemps. Je voulais qu'il soit avec moi à mes cotés. Mais j'avais beau attendre, il ne venait toujours pas.

Depuis, je mène ma vie à le retrouver, en cumulant les aléas de la vie de tout les jours. Je fais la promesse que je te retrouverais, j'en fais le serment.  





What about you





✗ PUFF : bb
✗ Âge : 23 ans
✗ Des idées pour l'améliorer ? : Trouver ou retrouver l'amour
✗ Comment avez-vu connu le forum ? : Via Agence Cooki ( partenaire )
✗ Code : 404 3RR0R




© Halloween



Dernière édition par Noham Stolh le Ven 17 Mar - 14:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Hacker
Messages : 162
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 100
Localisation : Dans un autre mooooonde, fait de pirates et de roi-lioooooon
Autres comptes : Freak ; Ulysse Alvarez


Carte d'Identité
Véritable nom :: ... ?
Age : : 19 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: Rat de bibliothèque [ Terminée ]    Jeu 16 Mar - 16:11

Hey ! Tout d'abord, bienvenue et merci de t'être inscrit(e) sur le forum !
Ensuite, le code du règlement était bon alors je l'ai validé ^^

Pour ce qui est de ta présentation, je préfère te prévenir : tu ne pourras pas être un néonuxi et posséder les cheveux blancs (alors que tes yeux et le reste sont violets) sans une raison valable ^^

Sur ce, je te laisse finir ta fiche, et encore merci d'être venu ici !

_________________



Merci à Raven pour cette superbe signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Hacker
Messages : 162
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 100
Localisation : Dans un autre mooooonde, fait de pirates et de roi-lioooooon
Autres comptes : Freak ; Ulysse Alvarez


Carte d'Identité
Véritable nom :: ... ?
Age : : 19 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: Rat de bibliothèque [ Terminée ]    Sam 18 Mar - 23:36

Bonsoir !
Je viens de remarquer que tu avais terminé ta présentation et, avant de te valider, il y a quelques points qu'il va falloir revoir !

Concernant le physique :

  • Tout d'abord, je tiens à te rappeler le concept des Neonuxis : certaines parties de leur corps ont en effet changées de couleur, mais elles n'en abordent en revanche qu'une seule et unique. Ainsi, tu ne peux pas avoir par exemple les yeux rouges et les ongles bleus, et cetera. Il va falloir choisir ta couleur !

  • A propos des marques mystérieusement apparues sur ton corps, ce n'est tout bonnement pas possible. Je te conseillerais d'opter pour de la peinture fluo à même la peau ou alors un tatouage luminescent.

  • Concernant les cheveux blancs, nous ne pouvons pas accepter le syndrome de Marie-Antoinette, et cela pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il y a la question de l'histoire, dont tu devras modifier plusieurs points (nous y reviendrons plus tard), mais également car ce syndrome n'a jamais été scientifiquement prouvé. Si tu souhaitais malgré tout conserver ces cheveux blancs, tu pourrais parler d'une maladie comme le vitiligo, parfois "contractée" en cas de traumatisme, et qui pourrait ici recouvrir le cuir chevelu de ton personnage. Je t'orienterais pour cela sur cette page qui pourra mieux que moi te renseigner.


Concernant l'histoire :


  • Pour ce qui de la chronologie, il semble que tu te sois trompé d'un an : si Noham est né en 2017, il a alors 25 ans et non 24.

  • "J'étais déjà le vilain petit canard de ma classe" Tu signales ici que Noham n'est pas apprécié dans sa classe, mais absolument pas pourquoi, sa phobie se développant après cela. Peut-être l'ajouter à ta présentation ?

  • A propos de la chronologie encore : le gang des WolfBane n’apparaît qu'en 2030 précisément ; hors, tu parles déjà d'adolescents turbulents dès 2027.

  • C'est un détail, mais je dois t'informer que l'expression "une cage dorée." ne correspond pas à l'usage que tu en fais : l'expression désigne en réalité un milieu où tu ne manques de rien, mais tu es en contrepartie littéralement enfermé loin du monde extérieur. Je ne crois pas que Noham, à cet instant, ne soit guère en manque de quoi que ce soit.

  • "d'eau aux couleurs arc en ciel, me rappelant les limonades de mon enfance." Si la rivière de Dead End possède en effet un grand panel de couleurs, il s'agit en revanche de couleurs extrêmement foncées, proche du pétrole ou de l'huile de moteur.

  • "Mais rien de tout cela ne s'était produit pour moi, et pour tout les mômes de mon âge, dans les bas quartiers de Dead End" Je suis désolé de te l'annoncer ainsi, mais les neonuxis et autres habitants de Dead End subissent eux aussi la fabuleuse période de la vie que l'on nomme puberté. N'oublie également pas que les parents de Noham sont sensés muter eux aussi.

  • Il va falloir reprendre tout le passage concernant la mort des parents et le traumatisme de Noham. Je l'ai écris dans le règlement, il n'est pas autorisé d'utiliser dans son histoire les WolfBane, encore moins de la manière que tu l'a fais. Je ne vais pas te mentir, tu as décris comme des monstres des personnages qui sont bien loin de l'être - mais cela n'a même pas a être débattu ici. Il faudra que tu modifies tout cela.

  • Deus ex Machina - il faudra revoir le passage de la survie de Noham. Comment s'est-il retrouvé sous ce pont, en état même de survivre à ces dégâts, avec des livres n'ayant pas brûlés ? Tu dois impérativement expliquer cela.

  • "J'avais pris l'habitude de chercher et de récupérer d'anciens livres que les gens ne voulaient plus, dans les poubelles. Dans les bidonvilles, pleins d'antiquités étaient stockées." La pauvreté étant omniprésente à Dead End, aucune personne y vivant ne serait assez sotte pour se séparer d'un objet comme un livre. De même, les antiquités ne sont pas stockées dans un bidonville - on en trouve même très peu dans la décharge, et celles-ci sont rapidement récupérées par les habitants.

  • "Je m'y sentais bien, rassuré et en sécurité." Comment Noham peut-il se sentir rassuré et en sécurité dans le bidonville si on suis la logique de son caractère ?

  • "Même les Neonuxis, ne me considéraient pas entièrement comme l'un d'entre eux de part cette particularité capillaire." De par la mutation propre à ce quartier, les habitants de celui-ci, même s'il existe bien évidemment des gens qui ne le sont pas, ont tendance à être plutôt solidaires. De même, aucun n'aurait réellement grand chose à faire de la couleur des cheveux d'un garçon orphelin.

  • Comme pour les WolfBane, il n'est guère autorisé d'utiliser dans sa présentation la Milice de manière aussi directe, d'autant plus que tu ne respectes pas l'image même de ce groupe - je t'inviterais donc à revoir le passage sur ce groupe dans le sujet de descriptions et à ne plus l'utiliser dans ta présentation.


Une fois que tu auras modifié et revu ces points, je repasserais sur ta présentation - n'oublie pas, en revanche, de bien me prévenir cette fois quand cela sera fait.

_________________



Merci à Raven pour cette superbe signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Hacker
Messages : 162
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 100
Localisation : Dans un autre mooooonde, fait de pirates et de roi-lioooooon
Autres comptes : Freak ; Ulysse Alvarez


Carte d'Identité
Véritable nom :: ... ?
Age : : 19 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: Rat de bibliothèque [ Terminée ]    Lun 15 Mai - 16:36

N'ayant plus de nouvelles depuis quelques temps maintenant, nous déplaçons ta fiche dans les Abandonnées ; envoie-moi un MP si tu comptes la reprendre.

_________________



Merci à Raven pour cette superbe signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rat de bibliothèque [ Terminée ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rat de bibliothèque [ Terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» La Bibliothèque de Mazarbul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Here We Go ! :: Du matin au soir nous te surveillons ! :: Fiches d'Identification :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: