Here We Go !

« Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ; t'apprendront tout ce que tu n'as jamais su »
 
Radio

Partagez | 
 

 RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Lun 27 Mar - 2:24




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven







Un effroyable vacarme empli tout l'étage, résonnant sur les murs de bétons, parcourant les salles pleines de vide et s'en allant se loger dans l'oreille d'un homme qui dormait là.

Il y eu dans la salle un bruit sourd et grave, proche du grognement, puis un mouvement, et soudainement les couvertures tachées s'affaissèrent ; dévoilant la silhouette d'un homme qui peinait à s'extirper du sommeil et donc les grondements sinistres trahissaient l'état d'humeur.

Le lit grinça, et deux pieds se posèrent à terre. Freak, la tête dans les mains, tachait de se remettre les idées en place tout en se réveillant. Il avait vaguement souvenir d'avoir passé avec les gars une nuit d'éclate – et qu'un des jeunes s'était apparemment fait coffrer car il était pas assez rapide. Tant pis, on irait voir pour le chercher plus tard.
Après leur retour à la base ? C'était le black out.

La chambre dans laquelle le Leader des Bandersnatchs était une grande salle où apparaissaient ici et là des meubles d'étonnamment bonne facture, pas toujours en excellent état, et récupérés lors des pillages que le gang avait organisé et que Freak avait réquisitionné pour son compte sans le moindre état d'âme. Contrastant avec les murs brisés, au papier peint déchiré, et le sol recouvert de déchets divers et variés. Des morceaux du béton plafonnier gisaient là en petits tas, tenant compagnie à des bouteilles d'alcool, des canettes vides et des seringues tout aussi privées de contenu. Et pourtant brillaient parfois sur le sol ou sur les meubles des bijoux complètement bling-bling et des vêtements qu'on aurait pu qualifier de marque.

Et c'est dans cet environnement complètement contrasté que se plaisait à vivre Freak.
L'adulte psychotique qu'il était se frotta les yeux, cernés de noir par la fatigue et les crises d'insomnie ; et finalement il se leva avec difficulté, dans un concert de grincement de bois, de grognements mécontents et de cliquetis de chaînes.

Que pouvait bien foutre son ramassis de racailles et de paumés préférés pour provoquer un pareil boucan ?

Les mains dans les poches de son survêtement de sport, le leader des Bandersnatchs, courbé comme à son habitude, passa la porte et traversa plusieurs des salles en ligne que lui offrait l'étage désaffecté, les murs tagués de diverses inscriptions, pour s'engouffrer dans la cage d'escaliers menant au palier inférieur. Bon sang qu'ils allaient l'entendre gueuler.
L'état mental de Freak était de notoriété publique au sein du gang – et des services de police. Quand on le voyait débarquer, il était toujours relativement facile d'identifier dans quel état il se trouvait ; tous savaient qu'il avait ses bons jours comme ses très mauvais.
Et aujourd'hui était un des très mauvais.

Maussade, sombre et l'air passablement en colère, voici le leader qui débarquait à l'étage inférieur, shootant dans une canette de Nevanade qui traînait là, laissant le fond de son contenu se répandre dans la salle devant lui – salle où se trouvaient quelques uns des membres de son gang – son gang, le sien, à lui et lui seul.
Des yeux étaient rivés sur lui alors que Freak les dévisageaient un à un, s'arrêtant finalement sur le minois encadré de cheveux rosés de la nana qui lui servait de seconde – Raven. L'homme qui venait de se réveiller fit un pas, puis deux, et s'immobilisa.

- Yo, Raven.

Un bruit retentit dans l'escalier ; un des Bandersnatchs qui montait les escaliers venait soudainement de les redescendre, décidant sûrement que le moment était foutrement mal choisi pour s'adresser à son pote resté là-haut.

- Qu'est-c'que vous foutiez pour faire un boucan pareil ?!

Sa voix rauque et son ton monocorde semblaient trahir une absence totale d'intérêt pour ce qui s'était passé. Il retrouverait le coupable de son réveil forcé, lui botterait le cul ou peut-être le reste du corps, et retournerait pioncer.

Et c'était justement ces mauvaises et bonnes périodes qui faisaient de Freak un aussi excellent que mauvais chef, imprévisible du jour au lendemain.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


[[ Le RPTEST est officiellement commencé. ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Lun 27 Mar - 13:48

Kids aren't alright - Réveil bruyant -

Freak

Raven

"Fais chi**..." telle fut ma première pensée.

Comme d'habitude, un mal de crâne, le corps engourdit et... Wait. Qu'est-ce qui bouge et fait du bruit à côté de moi...? Je me retourne. Les souvenirs assez flous de ma soirée commencent à faire surface. Ok. Je me remémores à peu près ce qu'il s'est passé... Du moins, je crois. J'ai beau regarder autour de moi, je ne connais pas cet endroit. Je plis les yeux en me relevant, le soleil qui avait pointé son nez entre les stores, pas franchement neufs de la personne chez qui j'avais passé la nuit, m'aveuglait. Un grognement sortit de ma bouche quand je me lève... Merde. Mes jambes... Je baisse le regard avant d'essayer de faire un inspection rapide des lieux, peut-être que je reconnaîtrais l'endroit. Tout ce que je voyais sur le sol étaient des cadavres de bouteilles, alcool, jus... De la Nevanade banane/kiwi. A ma connaissance, il n'y avait que moi qui aimait ce goût particulier. Donc nul doute que j'avais bien passé la nuit ici... Puis, ce que je sentais couler sur mes cuisses me résumait bien ce qu'il s'était passé... Surtout quand on regarde la poubelle. J'aurais pu être accusée de génocide de masse, haha. Humour à deux balles...

Je soupire, me grattant la tête j'essaye vraiment de me souvenir. En plus, la personne dans le lit venait de se tourner. Ce n'était pas plus mon type que ça... Je devais vraiment être bourrée. Je me mettais à bailler avant de partir en expédition à la recherche de mes vêtements. Vu l'état de la pièce et du lit, je devais être en forme hier soir... Rien que de voir tout ça, ça me fatigue. Mes fringues retrouvés, je m'habillais rapidement. Quittons cet endroit. Telle une voleuse je m'éclipsais de l'appartement miteux, rejoignant doucement "ma maison". Même si c'était un vieil immeuble désaffecté, que les gens dedans étaient plus louches les uns que les autres, c'était un endroit où j'étais bien.

En fait, je crois que j'aurais mieux fais de rester au lit... Je passais seulement devant une des nombreuses pièces où squattaient les membres du gang. Bande d'abrutis. Je m'arrête, les fixant... Qu'est-ce qu'ils peuvent bien faire à cette heure là, et surtout, pourquoi autant de bruit?!

On ne leur a jamais apprit à fermer leurs gueules à ces c*ns?!".

Après une telle pensée, je donnais un grand coup de pied dans la porte pour l'ouvrir dans un fracas résonnant - au diable ceux qui dormaient encore - dans l'étage.

- Qu'est-ce qu'ils vous arrivent encore?

Alors qu'ils me regardent, très vite ils commencent à hurler un peu tous en même temps. Tss. Fais chi**. Je me gratte la tête, d'un air blasé, tirant sur mon short pour le remettre correctement, et remontant la bretelle de mon soutif. Je ne comprends ab-so-lu-ment rien à ce qu'ils disent... Finalement, après avoir bailler comme pas possible, j'en choppe un qui était assis, je crois le plus silencieux. Automatiquement les deux autres se la ferme. Aaaah... Bonheur.
L'autre soupire. Au fond de lui il doit se dire: "pourquoi moi?"

- Bon, c'est quoi le problème?

Je le relâche pour qu'il puisse être libre de ses mouvements... Il commence à m'expliquer alors que les deux autres recommencent à s'engueuler. Je soupire, n'écoutant que le "plus sage". Un casse qui aurait mal tourné, hein? Comme si c'était nouveau ! Il continu, m'expliquant qu'ils ont trouvé un super fauteuil, mais qu'ils se sont frapper pour... Le fauteuil? Tss. Je comprends rien... Sauf qu'ils auraient entendu les sirènes et se seraient barrés... What, ils sont sérieux?! Tout ça, pour ça? Je soupire. Et avant de pouvoir répliquer, je les voyais se tétaniser. Une seule personne pouvait leur faire cet effet, et la voix qui venait de retentir me disait que j'avais juste... Freak. Et quelque chose me disait qu'il n'était pas dans "sa bonne période". Tss... Je soupire, me tournant face à lui, d'un non agacé, croisant les bras, je lui fais face...

Personnellement, je n'ai rien à craindre. Disons que c'est plus eux qui ont fait tout ce bruit... Si, à la rigueur, il va surement me crier dessus car j'avais qu'à leur fermer leur gueule plutôt. Mais je m'en fou, je venais d'arriver aussi. Je montre les deux cas sociaux par dessus mon épaule.

- Yop... Deux gosses qui se disputent à cause d'un fauteuil...

Sauf que l'un des deux mecs venaient de s'avancer à ma hauteur avant de reprendre:

- Nan ! On a réglé le compte d'un mec qui a pas voulu coopérer, donc on a tout pété chez lui... Sauf que lui là, ce con, il a pas surveiller la porte comme il devait, donc le mec a pu s'enfuir ! Et on devait récupérer un p'tit paquet de fric dans le fauteuil sauf que ce con a voulu se battre pour garder l'argent à lui tout seul!

Je me mettais à bailler. Autant de raffut? Je voyais l'autre s'avancer, pour se justifier, chouinant presque. Je serrais les dents avant de m'approcher d'eux, choppant leur t-shirt.

- Et vous faites tout ce bruit... pour ça... bande d'abrutis?! balançais-je en les cognant l'un contre l'autre avant de les lâcher.

C'est pas possible... Pourquoi ils n'ont pas prit l'argent et ils se seraient battus ici? Au moins on aurait pu en profiter. Ou pas. L'argent était leur priorité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Ven 31 Mar - 1:54




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven







Le leader écoutait sans réelle attention les deux sbires de son gang, plus concentré sur ce qu'il ressentait que sur ce qu'on lui disait.
Ils se disputaient pour un fauteuil ? Son esprit se disputait tout seul, de quoi se plaignaient-ils, eux ?
Ils souhaitaient récupérer de l'argent avec ce foutu fauteuil ? Et lui alors ? Malgré ses vêtements de marques, ses bijoux criards, il savait très bien, au fond de lui, qu'il ne valait rien.

Un abruti n'avait pas monté la garde ? Et lui alors, Freak, l'épouvantable chef des Bandersnatchs, qui s'arrêtait sur le fait qu'il devait se garder de faire des conneries et de s'envoyer d'un coup de lames au terminus des prétentieux ?

En temps normal, l'adulte aurait simplement engueulé les deux fautifs, leur aurait sûrement remis les pendules à l'heure, et serait rapidement passé à autre chose en discutant avec Raven. Aujourd'hui, il se sentait plus miteux encore que le Mugenjo, ne souhaitant qu'une chose, retourner pioncer en attendant que ça passe.
La jeune femme prit la parole, croisant les bras sur sa poitrine et posant sur lui ses yeux bleutés brillant de mécontentement.

- Yop... Deux gosses qui se disputent à cause d'un fauteuil...

Le Bandersnatch aimait bien sa seconde. Elle avait de la poigne, du caractère, savait se battre et pour couronner le tout, de jolies formes. Mais surtout, surtout, Freak la savait capable de se démerder quand il le fallait et pour cela elle avait son respect. A vrai dire, il aimait bien la voir s'imposer, que ce soit face à des simples ado en pleine crise ou des gars plus grands et forts qu'elle - dont il faisait d'ailleurs partie. Elle s'en sortait bien.
Pourtant, les paroles irritées de la fille aux cheveux roses ne semblaient pas particulièrement l'atteindre en ce moment précis. Il était fatigué, vide, et ces nouvelles informations ne parvinrent pas à le faire parler.

- Hmmr.

Et alors que Freak tournait la tête pour poser ses yeux gris sur les coupables, un des concernés bondit en sa direction, comme si l'approcher allait réellement pouvoir le faire remonter dans l'estime du chef. S'il n'en avait déjà pas pour lui même, comment aurait-il pu en avoir pour ce jeune ?

-  Nan ! On a réglé le compte d'un mec qui a pas voulu coopérer, donc on a tout pété chez lui... Sauf que lui là, ce con, il a pas surveiller la porte comme il devait, donc le mec a pu s'enfuir ! Et on devait récupérer un p'tit paquet de fric dans le fauteuil sauf que ce con a voulu se battre pour garder l'argent à lui tout seul !

Le second s'approcha, balbutiant, chouinant en mangeant ses mots. Freak ne comprenait rien, n'affichait qu'une expression, sourcils froncés : le mécontentement.
Et voici sa chère seconde qui prenait les devants, saisissant les deux voleurs du dimanche pour les heurter l'un contre l'autre dans un bruit sourd et des gémissements.

- Et vous faites tout ce bruit... pour ça... bande d'abrutis ?

Il gronda face à la voix qui s'élevait plus forte, cette fois contre Raven. En agissant ainsi, elle l'aidait d'une certaine manière, mais le bruit qu'elle ajoutait n'était que pour déplaire le Leader... Finalement, le bipolaire, car c'est bien cette maladie que le Leader était atteint, qui le rongeait par cycle et provoquait à cet instant son indifférence teintée d'irritabilité, le bipolaire s'exprima à nouveau, trahissant l’agacement qu'il ressentait dans une phrase qu'il semblait avoir mis longtemps et avoir peiné à formuler, comme à chaque fois que cette crise le prenait :

- Vous vous êtes foirés. C'est le gang que vous pénalisez. Dégagez de là et retournez chercher ce fauteuil. Ou allez vous battre ou vous faire écraser. Mais ailleurs.

Ce n'était même pas vrai. Jamais, au grand jamais, Freak n'aurait désiré pour si peu la mort de ses camarades de casse, surtout quand il s'agissait de trois vauriens essayant juste de s'amuser un peu. Mais aujourd'hui était un jour spécial -  ils auraient dû s'y préparer, tant pis pour eux...
Ces pensées ne parvenaient guère à effacer la culpabilité qu'il ressentait sans comprendre à l'égard de ces trois types qu'il venait de si mal traiter et qui, à peine l'ordre donné, s'en étaient allé sans demander leur reste à travers une autre salle puis un escalier. Jamais il n'aurait dû leur dire ça. Il était un si mauvais Chef...

Leurs pas résonnaient alors qu'ils s'éloignaient rapidement, et Freak se promis qu'il irait leur parler si un jour sa crise se terminait - lui qui était si mégalo et explosif et qui aujourd'hui apparaissait fermé, l'esprit noyé dans la grisaille de sa maladie. Ses yeux gris parcouraient la salle et se posèrent finalement, accompagnés d'un soupir, sur la Seconde des Bandersnatchs. Les fautifs partis, la nana aux yeux bleus devenait la nouvelle coupable du boucan qui l'avait sortit de son sommeil aussi nuisible que réparateur.
S'il tachait de ne pas le montrer, Freak ne pouvait dissimuler les cernes noires qui entouraient ses yeux et prouvaient à tous et à toutes la fatigue profonde dont il était atteint et que semblait envahir ses muscles à chaque action qu'il faisait.

- Et toi, qu'est-c'que tu faisais à les laisser brailler, Raven ?

Freak fit péniblement un pas de plus, s'approchant de la combattante aux cheveux roses, ses mains toujours au creux de ses poches, son dos courbé, dû à une mauvaise tenue, lui donnant l'air plus petit - et proche qu'il ne l'était vraiment. Sur sa caboche aux cheveux décolorés, il sentait encore le poids de ses lunettes de soleil. Peut-être n'oublierait-il pas, la prochaine fois, de les enlever avant de dormir... S'il s'en souciait vraiment à ce moment.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


[[ Hey ! Si tu as besoin d'explications concernant Freak, n'hésite pas à m'envoyer un MP, mais tu sais désormais de quoi il souffre : le leader des Bandersnatchs est atteint de trouble maniaco-dépressif, aussi appelé trouble bipolaire - et est actuellement dans une phase Dépressive qui pourra durer quelques jours. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Lun 3 Avr - 10:28

Kids aren't alright - Me casse pas les ovaires! -

Freak

Raven

S'il y a une chose qui ne sert à rien, là, maintenant tout de suite, c'est essayer de "résonner" le chef... Quand il est dans cet état, on peut lui dire ce qu'on veut, ça ne servira à rien si ce n'est l'énervé ou le plonger dans "dépression" plus profonde. Je le regardais, je sais qu'il ne pensait pas ses mots. Ou peut-être que si, mais j'en doutais fortement. Là, actuellement, il devait se penser lamentable, faible... Je soupirais plus ou moins discrètement. Les trois gamins se dépêchèrent de partir, en courant, en rampant, tout les moyens auraient été bon pour qu'ils n'aient pas à devoir supporter Freak plus longtemps. Personnellement, il ne me faisait ni chaud, ni froid, je commençais à avoir comment dire... L'habitude? Je n'aurais qu'à allait leur parler plus tard, enfin, même si j'en avais pas spécialement l'envie. Rôle de seconde? Surement.

Je m'étirais, presque épuisée pour si peu, dans un léger couinement qui allait surement agacer Freak, vu son grognement de tout à l'heure alors que je ne faisais que parler... Mais merde, on avait quand même le droit de vivre. Je me mettais à bailler, qu'est-ce que j'étais crevée à présent. Je pense que j'allais dormir ou boire. J'avais envie de taper sur quelqu'un aussi... Je me grattais la tête, mon épaisse chevelure rose encore un peu ébouriffée. Il fallait que je trouve un truc à faire... Mais je sentais le regard "de tueur dépressif" sur mon regard. Ca y est. Il va tout me mettre sur les épaules. Et d'un regard plutôt détaché, je le fixais à mon tour. Je pouvais peut-être paraître... "Effrontée", nombreux auraient baissé le regard. Mais pourquoi le ferais-je? Je n'avais aucune raison de baisser la tête, et certainement pas parce qu'il m'accusait à tord, me nommée responsable de ce boucan qui avait dû le sortir d'un sommeil "réparateur"? Au vu de sa tronche, ce n'était pas vraiment ça. On aurait plus dit qu'il n'avait pas dormi de la nuit... Ouais, s'il avait pu, je pense qu'il se serait écroulé sur place, du moins, c'était l'impression qu'il donnait.

- Et toi, qu'est-c'que tu faisais à les laisser brailler, Raven ?

Voilà. Il ne fallait pas plus de temps avant qu'il me le balance en pleine tête... Tss. Il casse les ovaires celui là ! Qu'il aille faire son dépressif ailleurs. Je détourne le regard, lui tournant le dos pour m'avancer vers un des nombreux mini frigo qu'on avait trouvé avec le reste de l'équipe, attrapant une Nevanade, une pour lui, et une pour moi. Refermant l'appareil à l'aide de mes hanches, je plantais à nouveau mon regard dans le sien.

- Simplement parce que je viens de rentrer... commençais-je à dire avant de lui tendre sa boisson, ... moi aussi j'ai été réveillé par un boucan dehors, et quand je suis arrivée, ils étaient entrain de s'engueuler !

Je pouvais dire ce que je voulais, je pouvais avoir la meilleure défense du monde, il avait décidé de jeter son dévolu sur moi. Certes, je prendrais sur moi, comme d'habitude.
Allant m'asseoir, ou plutôt me vautrer sur un des fauteuils en cuir à moitié déchiré, on pouvait sentir les ressorts, je le regardais.

- Qu'est-ce qu'il me vaut le plaisir de te voir de "si bonne humeur" ce matin? demandais-je avec un léger sourire.

Quoi, je le cherchais? Non, à peine. Je sais que l'humour n'était pas vraiment le bienvenue, là, maintenant, tout de suite... Mais bon. En tant que "future cheffe", j'avais bien le droit de le taquiner? Oui, oui, mon objectif reste en tête. Mais bon, là tout de suite, c'était juste une légère inquiétude, même si je me doute que c'était encore "sa maladie" qui le prenait... Il y avait peut-être un élément déclencheur cette fois? Et surtout, peut-être un moyen de le faire redevenir... "Normal", car là, on était parti pour plusieurs jours. Même si son autre "lui" est plus... Dynamique, ce type reste quand même des plus complexes. Je m'étire avant de croiser mes jambes, je pense que l'une des choses dont il a le plus envie c'est d'aller dormir... Mais, pourquoi ne pas le tourmenter un petit peu avant ? Enfin, il pouvait très bien me dire: "Ta gueule, je vais dormir". Il faudra que je dise aux autres de l'éviter pendant les quelques temps à venir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Jeu 6 Avr - 3:25




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven








La jeune femme se détourna de lui, visiblement agacée, pour s'éloigner dans la salle. Immobile, Freak la fixait alors qu'elle s'emparait de canettes de limonade, jouant dédaigneusement des hanches dans l'entreprise. ... C'est alors qu'elle lui tendit un des breuvages, ses yeux bleus rencontrant les siens. Elle avait pensé à lui !

- Simplement parce que je viens de rentrer. Moi aussi j'ai été réveillé par un boucan dehors, et quand je suis arrivée, ils étaient entrain de s'engueuler !

Freak regarda la canette quelques instants, comme si elle ne lui avait jamais été destinée. Fruits rouges/pomme ? Un indétrônable classique... Lentement, presque avec hésitation, le leader des Bandersnatch, désigné depuis plusieurs mois déjà, sortit la main de sa poche droite de sa veste, révélant l'épaisse chaîne enroulée autour de sa main et d'une partie son bras, couvrant le tatouage qui s'y trouvait. L'homme se battait la plupart du temps avec cette effroyable suite de maillons d'acier, qui ne semblait quasiment jamais le quitter. Sa main se referma autour de la boisson fraîche.

- 'rci.

En temps normal, Freak était toujours prêt à affronter la moindre personne qui aurait décidé de le faire chier - sans exception. Mais ce n'était apparemment pas le cas de Raven - elle avait une bonne excuse et puis, apparemment, avait simplement voulu faire taire les autres.
Le bruit d'un corps qui s'enfonce dans le cuir tendre d'un fauteuil l'informa quant à l'endroit où s'était posée la Seconde, et Freak hésita quelques instants. Son corps entier l'appelait au repos, au silence, et il lui suffisait de remonter les marches et parcourir quelques salles vides pour goûter à ce trop plein de sommeil auquel il était enchaîné ; mais plus que tout, son esprit désirait la compagnie et recherchait maladivement l'affection ; et quand bien même Freak n'était pas forcément capable de supporter le bruit ou la simple idée d'une discussion, c'était ce besoin premier qui l'anima pourtant. Il appréciait Raven. L'inverse n'était bien évidemment pas le cas, quelle question, à ne pas en douter ; et sa simple présence ici devait l'énerver au plus haut point, très certainement.

Perdu dans ces effroyables pensées, le géant des Bandersnatchs s'avança avec lenteur vers un des fauteuils et s'y laissa choir dans un profond soupir, faisant craquer le mobilier sous sa lourde carcasse. La canette passée dans sa main gauche nonchalamment penchée vers le creux de ses jambes écartées, le métal froid serré au creux de celle-ci, Freak ne s'était pas encore aventuré à l'ouvrir ; à la place ses yeux et un semblant d'attention s'étaient tournés vers la Seconde de son gang. Un petit sourire flottait sur son visage fin, lui donnant un air amical qui rappelait alors à Freak qu'elle était son amie... Non ?

- Qu'est-ce qu'il me vaut le plaisir de te voir de si bonne humeur ce matin ?

Le leader des Bandersnatchs l'observa quelques instants, puis bascula la tête en arrière, sa nuque suivant la délicate rondeur du dossier de ce vieux fauteuil ; et il ferma les yeux. Là où il aurait dû mener son discours, le silence s'installa ; et dans sa fatigue, l'homme aux cheveux bicolores cherchaient à se souvenir, trouver l'origine, l'origine de son état. Il se souvenait d'hier, il allait bien hier, et puis après... Comme bien des fois, Freak ne rencontra qu'un trou noir, un effroyable trou de mémoire qui aurait pu pourtant expliquer ce qui l'avait mis dans cet état.
Même ça, il en était pas capable. Tss.

- Sais pas.

D'un geste de la main droite, faisant tinter les épaisses chaines enroulées autour de celle-ci, le leader fit comprendre à Raven qu'il n'en savait rien, que ses souvenirs étaient on-ne-peut plus vague. Ses yeux fermés tournés vers le plafond, Freak écoutait sa respiration et, non loin, celle de sa camarade de gang. Bien qu'il eu tendance à se tourner vers son immense lit et sa solitude dans les jours comme celui-ci, Freak ne pouvait se mentir sur le fait que savoir quelqu'un qu'il appréciait non loin était... agréable. Il avait confiance en elle. Lui pardonnerait-elle, plus tard, l'attitude qu'il avait à l'instant ?

La canette diffusait doucement sa froideur à travers la main du Bandersnatch, qui entrouvrait avec lenteur les yeux, dévoilant un iris gris ; refaisant basculer sa tête en avant après un temps qui paraissait infini pour scruter Raven et ses yeux bleus.





©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


[[ Yo ; c'pas très bon, je suis désolé à ce propos. Au fait, tu es au courant que le rang de Leader, chez les Bandersnatchs, se gagne uniquement lors d'un combat ? Parait qu'il est d'ailleurs dur à garder... ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Ven 5 Mai - 15:18

Kids aren't alright - T'es trop vieux, passe ton tour! -

Freak

Raven

Plus je réfléchis et plus je me dis que ça peu être dangereux. Oui, avoir un "chef" aussi instable, ça ne pouvait qu'être mauvais. Quel chef je ferais, je n'en avais aucune idée, mais je serais peut-être mieux que lui. Ouais. C'était assez énervant, frustrant pour les autres, on ne sait pas comment lui adresser la parole. Et en cas d'urgence, ça pourrait être assez perturbant. Prendre une décision rapidement, sérieusement et y avoir réfléchi, dans son état, ça semblait presque impossible. Je ne dis pas que je serais mieux, mais imaginez qu'un gang ennemis arrive... Qu'est ce qu'il va dire: "Allez vous faire foutre" et retourner dans son coin? Ou alors il allait grogner voir gémir avant d'aller se planquer sous sa couette? Puis même. Quand il devient maniaque, quand il est hors de sa période dépressive, il est tellement ingérable, totalement impulsif. Il peut décider d'aller envahir la ville sur un coup de tête. Et le pire c'est que les autres le suive... Combien de fois je les ai trouvé stupides et totalement irréfléchi. D'accord, je ne suis pas mieux, je suis du genre à décider des trucs sur un coup de tête mais... Bon. Puis aussi, il nous dérange la nuit ! Quand il fait ses insomnies et quand il arrête pas de bouger. Le seul point positif, c'est quand il vient me réveiller la nuit pour des activités un peu plus sportive. Ouais. Ca c'est cool... Hum. C'est pas le sujet...

J'avale ma Nevanade, ma langue passe sur mes lèvres pour y récolter le sucre, puis je regarde le néon au-dessus de moi qui clignote. Je soupire. Je pense au bonheur de tous. J'apprécie vraiment Freak. Ce n'est pas le soucis... Mais bon. En tant que chef, je sais pas. Je me redresse, bougeant mes fesses sur le cuir foutu, je grogne en sentant un des ressorts qui menace de me percer les fesses. Je m'étire en soupirant, le prochain fauteuil classe, il est pour moi. Vous voyez, je suis égoïste, est-ce que je mérite le titre de chef? Haha.

- Sais pas.

Je fixe Freak. Il ne sait pas pourquoi? Mon regard croisa le sien. Il me faisait penser à un gosse. Sérieusement... Un vrai gosse. Je prenais encore une gorgée de ma boisson préférée avant de le regarder. Il voulait quoi? Un câlin? Haha. Dans ses rêves. Je lève mes jambes avant de les bouger dans le vide... Plus pour m'amuser qu'autre chose. Puis je me redresse avant de me lever, je grogne en me frottant la tête, je le regarde, me plantant devant lui.

- Mmmh...

D'accord, c'était pas de sa faute, j'allais pas le blâmer pour ça. Mais raah. Ca m'énerve, je me glisse sur lui, à califourchon sur lui, posant ma canette au sol. Je le fixe droit dans les yeux... Mes mains passe sur la chaîne qu'il a autour du cou, plongeant mon regard dans le sien. Je m'approche doucement de son visage, un sourire légèrement moqueur aux lèvres,

- Tu ressemble à un gamin...

Je dépose mes lèvres sur les siennes, je sais que dans sa phase dépressive, il n'aime pas ça, ou il en a rien à foutre, ou bien il aura besoin d'affection et il allait réclamer un câlin? Haha, non. Je cherchais juste à l'énerver un peu ou à le faire se bouger. Je me redresse pour finalement lui claquer, d'un ton des plus sérieux.

- Il serait peut-être temps que tu passe la main.

Oui, j'avais dis ça comme ça, froidement... Mais en même temps j'étais sérieuse. Puis, peut-être que c'était ça qui le pesait? Je penche la tête, le regardant à nouveau.

-Je dis ça pour toi... Ca te pèse peut-être trop, toutes les responsabilités que tu as, la connerie des jeunes, peut-être que tu es las de tout ça...

Mes mains glissent sur son torse. Essayant de le chercher un petit peu plus. Au fond de moi, ouais, ça me fait du mal de le voir comme ça, c'est quand même quelqu'un que j'apprécie beaucoup. Je suis tiraillée entre mon rêve et mes sentiments. Mais non. J'ai un rêve, un objectif. Puis, si ça pouvait être mieux pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Lun 8 Mai - 4:13




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven









C'est avec un certain désarroi, si ce n'est de l'apathie, que Freak accueillit le regard plein de reproches que lui renvoya Raven, le contemplant avec un air déçu, se contentant de gronder. Elle jouait. Ou du moins, c'est que le leader avait l'impression de voir ; quelqu'un en train de jouer, remuer les pieds, s'amuser là où lui ne le pourrait jamais. Incapable de penser à un futur plus lumineux qu'une boite à chaussures, Freak regardait sans trop la voir la Seconde qui s'affairait, se relevant pour s'approcher ; la suivant lentement de ses yeux gris, l'observant sans penser alors qu'elle se plantait devant lui.

- Mmmh...

La jeune femme s'approcha, se glissant contre son corps, s'asseyant sur lui, restant là, dans une proximité qui en temps normal amusée le Leader ; mais il se contentait de la regarder faire, jouer avec lui comme un vulgaire... Un vulgaire abruti, c'est bien ce qu'il était, non ? Muré dans son mutisme, Freak cherchait à comprendre pourquoi sa seconde perdait son temps avec lui. Pourquoi tous gâchaient leur précieux temps à le suivre, lui, le moins que rien, le type incapable d'affronter ne serait-ce que ses propres démons. Et ses paupières étaient si lourdes...
Et contre son torse, sous son sweat noir, il sentit glisser les mains de la Bandersnatch ; suivant la chaine qu'il portait comme on suis une route, menant jusqu'à...
Leurs corps se collaient de plus en plus. Raven lui souriait, mais pourquoi ? Pour se moquer, sûrement. Qui avait-il à faire d'autre que de rire de lui, de sa médiocrité, de tout ce qu'il était.
Il comprenait.

- Tu ressemble à un gamin... 

Mais la Bandersnatch ne rit pas. Ses lèvres se posèrent doucement sur les siennes, acte auquel le Leader ne s'attendait pas, et leurs corps se collèrent un peu plus ; Freak lâcha la cannette de soda qui vint heurter le sol dans un bruit métallique en secouant son contenu. Il fit un effort pour glisser son bras gauche autour de la taille de la jeune femme, mais y parvint à peine.
Un gamin ?

Freak ne ressemblait pas à un gamin. Ou peut-être que si. Un gamin chiant, comme ceux dont on avait envie d'écraser le crâne entre deux pierres – c'est bien ce qu'on voulait faire de lui, après tout, n'est-ce pas ?
Peut-être que le vieux avait eu raison, finalement. Peut-être qu'il n'avait eu que ce qu'il méritait.
Peut-être qu'il ne vivait encore que parce que le Destin avait pas laissé le vieux terminer son œuvre. Peut-être même qu'il n'avait jamais été prévu qu'il vive aussi longtemps. Il était peut-être temps qu'il mette fin à cette erreur...

Raven se redressa de tout son long comme un serpent devant sa proie, et Freak fronça les sourcils. Avait-il fait quelque chose qu'il ne fallait pas ? Sûrement.

- Il serait peut-être temps que tu passes la main. 

Les paroles de la Seconde résonnèrent dans son esprit et s'y fracassèrent avec une telle violence que le Bandersnatch ferma un œil comme sous le résultat d'un coup, tandis que ses muscles se tendaient brusquement, son corps se raidissant en réaction à une violence bien plus forte que les coups et les blessures qu'il avait encaissé. Mais l'expression de Raven était d'un sérieux et d'une froideur sans pareils.

- Mais je...

Freak ouvrit la bouche sans être réellement certain de ce qu'il souhaitait dire. Elle avait raison. Il ne méritait pas ce rang. Mais il y tenait, plus que tout... La voix de sa seconde l'interrompit avant qu'il ai pu continuer – ou plutôt, commencer.

- Je dis ça pour toi... Ca te pèse peut-être trop, toutes les responsabilités que tu as, la connerie des jeunes, peut-être que tu es las de tout ça...

Las de tout ça ? Oui. Freak était las de tout ça. De lui-même, de... De tout. De ces épisodes qui le prenaient parfois, comme ça. De lui-même et du géant débile qu'il était devenu. Du chef qu'il était. Dans un soupir, le leader réfléchit en observant le plafond, clignant parfois des yeux. Il était chef car il avait vaincu l'ancien leader, et gardait ce rang depuis un an maintenant, joli score dans un gang comme celui des Bandersnatchs. Mais peut-être que l'ancien avait simplement voulu perdre. Peut-être qu'il ne souhaitait plus être chef et avait filé son rang au premier venu. Peut-être qu'il s'était faussement bien défendu avant de se laisser battre pour simuler... Peut-être que c'était juste de la chance, rien de plus, qui l'avait foutu sur ce trône que beaucoup convoitait. Ce trône qu'il gardait depuis si longtemps et pour lequel il avait battu les plus téméraires des siens...

Les mains de Raven glissèrent le long de son torse, attirant doucement son attention, et Freak posa le regard sur la seconde toujours à califourchon sur lui. Elle aussi, elle convoitait le rang. Elle le méritait sûrement plus que lui, non ?

- Raven...

Sa voix était rauque, et il l'éclaircit à grand peine.

- T'as raison. Mais tu connais la règle. Il marqua une pause, Mais j'veux pas perdre ça, Rav'. Me restera plus rien. Plus que c'que je mérite.

Au fond de lui-même, là où l'homme aux cheveux décolorés ne voyait que du vide et de l'obscurité, subsistait une flamme de volonté et de désir. Noyée sous les vagues de la dépression qui l'assaillaient, elle tachait de survivre à ces assauts répétés... Mais les paroles de Raven résonnaient encore dans son esprit, plus tranchantes et redoutables à chaque fois que le géant des Bander s'en approchait. Un gosse méritant pas son rang. Il était qu'un gosse vêtu de chic et d'or mais pourri à l'intérieur, même Raven le pensait.
Il croyait le lire au fond de ses yeux bleus, si sérieux et si froids.

Après tout, Freak, ça voulait pas dire anormal ? Bête de foire ? Dérangé, tordu, malade ?
C'est qu'il portait bien son surnom.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


[[ Yo. C'est mauvais, j'en suis franchement désolé. J'essayerais de faire mieux la prochaine fois :< ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Mar 9 Mai - 14:32

Kids aren't alright - Le temps est venu... PAPAPAM ! -

Freak

Raven

De la pitié. Voilà ce que j'aurais sûrement ressentie si ça c'était passé autrement. Si mon "ancienne" moi avait du vivre ça. Je pense que j'aurais sûrement abandonné cette idée, l'idée de devenir cheffe. Il me regardait, là avec ces yeux vides. Complètement vides. Voilà ce qu'il était. Je sais qu'on a tous nos problèmes mais là, c'était comme si ce poids lui pesait beaucoup trop. Je sais que c'est qu'une phase. Je sais, du moins j'espère, qu'il s'en remettra. Mais ce n'est pas bon. Ni pour lui, ni pour nous. Surtout pour nous. Je ne dis pas être la justice incarnée, ou savoir mieux que qui compte ce qui est bon ou pas pour le gang, je ferais sûrement une piètre cheffe. Mais non.
Sérieusement. J'avais beau l'apprécier énormément, le trouver vraiment formidable, je ne pouvais m'empêcher de ressentir une certaine colère... S'il tenait tant à ce titre, pourquoi est-ce qu'il ne se bougeait pas? Et pourtant, regardez le. Il faisait pitié... Il faisait de la peine.  

Non. Je ne dois pas ressentir cette pitié. Mon regard s'endurcit alors que je plantais mon regard azur dans ses yeux aussi sombre et dévasté que les ténèbres. Est-ce que moi, on m'avait prise en pitié? Quand j'avais commencé les arts martiaux super tôt, que je voulais mettre une robe plutôt que des pantalons, que je traînais à ramper dans la boue sous des filets dans un camp d’entraînement de la police, alors qu'elle, elle, elle baignait dans les parfums les plus chics, faisant des tea party avec ses amis. Que je pleurais, totalement à bout de force, que je ne voulais plus taper dans ce sac de sable, que mes muscles et mon corps hurlait à la délivrance. Que je suppliais ma mère au pas de la porte pour ne pas aller nager, ou même faire du VTT sous une tempête.

"- Tu n'es qu'une faible Leïna. Relèves toi, tout de suite!


Combien de fois je m'étais cachée grâce à ma soeur, où elle s'était prise une ou deux claques pour me livrer. Est-ce qu'on m'avait accordé une chance ou même un moment de répit quand j'avais eu mon premier accident. Celui qui avait couté une vie...? Non. Ou si. J'avais eu deux jours de répit car on m'avait envoyé en cellule psychologique, en soutient. Je m'avais tue sur beaucoup de choses. La seule pitié, c'était ma soeur qui me l'a donné. Je pense que cette "Leïna", aurait pu pardonner et aurait ressentit de la pitié.

"Pardonne aux autres Leïna... Pardonne leur, ils sont seulement aveugler par les ténèbres"


Mon coeur se serrait. Je repensais maintenant quand j'étais sur le ring. Dans les combats de rues. Où était la pitié? Tu tue ou tu meurs. Il n'y a pas de place pour la pitié dans ce bas monde. Je ne dis pas qu'il faut tuer à chaque fois, je ne suis pas folle non plus. Quand mes "recruteurs", mes "propriétaires" m'engueulaient quand je perdais un combat ou que je me faisais mettre au tapis avant de gagner... Eux non plus n'avaient aucune pitié.

"- Tu es une vraie furie et pourtant. Tu ne tiendras pas longtemps...


Je soupirais. Me sortant de mes souvenirs les plus sombres, j'essayais de regagner le moment présent. Mes mains s'étaient resserrées autour de la chaîne du Chef qui était encore sous mon corps. Mon corps habitué à ce contact se demandait où je voulais en venir, j'avais des frissons de haine, de plaisir, de colère. Je ne quittais pas ses yeux, et même si mon regard pouvait sembler vide momentanément, il était au contraire rempli. Rempli de sentiment contradictoire, de mes souvenirs. Je fermais les yeux avant de soupirer. Je fais ça pour toi Freak. Simplement pour nous, pour eux, pour toi... Pour moi. Je m'étais jurée de devenir plus forte. Quand le recruteur des Bander c'était adressé à moi.

"- Moi je peux voir ton potentiel. Ca te dirait de nous rejoindre?


Oui. A ce moment là, je m'étais fais la promesse de tous leur fermer leur gueule. De leur montrer la vraie force dont je suis capable. Les filles ne sont pas juste bonne à s'occuper d'une maison, à faire des gosses, à les élèver et à s'occuper de leur petit mari. J'ai fais la promesse envers moi même, pour ma soeur, ou tout simplement parce que je le veux: je deviendrais cette cheffe.

Je savais très bien ce qu'il allait se passer. On allait s'affronter, encore et encore jusqu'à que l'un de nous ne puisse plus se battre. Je savais comment ça allait se passer, après tout, n'avais-je déjà pas vécu ça pour prendre le rôle de seconde ? Diriger aux côtés de Freak était un plaisir. Mais comme on dit, les hommes sont avides de pouvoir. Il en faut toujours plus. Seulement ce n'était pas le pouvoir que je cherchais, c'était plus une promesse envers moi même. Quelque chose que je ne pouvais pas rompre, amitié ou non. Je me redresse, quittant le corps du garçon, une sorte de faille se créa. Mes sentiments furent comme enfermés dans une boîte. J'attrapais le garçon par le collier avant de le tirer hors de son fauteuil. Je le fixe, mes yeux plus froids que jamais.

- Je sais qu'il ne te reste que ça mais...

Un premier coup de poing fut lancé dans son ventre avant que je ne le dégage plus loin, le lâchant totalement. Je craquais mes mains, ma nuque. Je le fixais.

- Désolée, mais ton titre sera mien.

Je m'approchais en m'attachant les cheveux en chignon. Un contre coup pouvait très bien arriver, mais j'allais d'abord profiter de sa stupeur, lui envoyant un coup de pied pour le propulser plus loin. J'envoyais une chaise valser plus loin, elle était sur mon chemin, elle cogna contre le mur puis au sol dans un bruit assez métallique et froid. Aussi froid que la scène qui va se passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Sam 13 Mai - 17:07




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven









Le corps qui chevauchait le sien se raidit avec froideur. Raven l'observait toujours, de ses yeux bleus, glacés ; de ses yeux vides et dans lesquels Freak observait son reflet, incapable de reconnaître l'homme aux yeux gris, cernés de noirs, qui le contemplait avec tristesse.

La poigne qu'elle avait sur lui s'affermissait, lentement, doucement, inexorablement. Quelque chose n'allait plus. Qu'avait-il encore causé ? Peut-être se rappelait-elle quelques souvenirs, morceaux de passé qui ne reviendrait plus : ou peut-être avait-elle simplement compris que lui, Freak, le leader des Bandersnatchs, n'était qu'un moins que rien qui ne méritait ni son titre ni le souffle de vie qu'on lui avait offert. Un déchet anormal, ambulant...

Dans un profond soupir, Raven se redressa, brisant l'étreinte et l’enchevêtrement de leurs corps si différents, et Freak comprit en la regardant que c'était fini. Tout était fini. Il l'avait déçue, à tout jamais, et elle venait de briser en mille et un morceaux ce qu'il y avait entre eux. Les rires, les nuits, les paris, les emmerdes. C'était fini, détruit, réduit à l'état de poussière ; ce qui les unissait n'était plus.
Freak n'en éprouva ni soulagement, ni peine : la peine viendrait après ; non, à cet instant, il ne régnait dans son esprit n'était qu'incompréhension et désarroi.
Elle l'abandonnait, elle aussi. Tant mieux pour elle. Tant pis pour lui.

Avec cette force entraînée et qui en étonnait plus d'un, Raven le saisit avec une brutalité et une vitesse que le leader aux cheveux décolorés ne pouvaient concevoir dans l'état dans lequel il le trouvait. Il se releva, courbé encore plus que d'habitude par la chaîne qui lui enserrait le cou, luttant à peine contre la traction qu'elle provoquait. Mais qu'est-ce qui se passe ?

- Je sais qu'il ne te reste que ça mais...

Le poing de Raven atterrit dans son ventre, provoquant douleur et nourrissant incompréhension. Le Leader, au corps déjà meurtri par sa propre maladie, se plia en deux sous le choc, les yeux écartés, contemplant le sol en béton sans comprendre ce qui se passait. Elle le frappait. Raven, celle qu'il avait considérée comme son amie, celle qu'il avait défendue, qui l'avait défendu ; Raven au corps tatoué, parsemé de cicatrices inaccessibles aux non-initiés. Raven. Plus qu'un nom sur une douleur. Lâché par la seconde, Freak tenta de se redresser, ses mouvements ralentis par la maladie, ses réflexes noyés sous une chape de brume mentale, un linceul qui s'abattait sur ses pensées.

- Désolée, mais ton titre sera mien.

Un nouveau coup, de pied cette fois, l'envoya contre une table sur sa gauche, qu'il fit valser avec les chaises ; se prenant les pieds dans son mal, chutant dans son trouble, s'étalant sur le flanc en chutant par dessus bord. Son oreille gauche sifflait ; la droite indiquait des pas qui venaient. Alors c'était ça ? Elle allait le battre encore et encore, jusqu'à que son corps d'enfant se brise ? Qu'elle justifie les hurlements sur une excuse bidon, pour le pas alerter les voisins ? Les genoux sur le sol, les mains posées sur celui-ci, Freak toussait en se remettant de l'impact, ne sachant même pas pourquoi l'automatisme lui demandait de se relever.
C'était peut-être mieux qu'elle le tue, non ? Qu'elle se débarrasse de son corps ou le file à bouffer aux corniauds du coin ? Qu'elle devienne la chef, et obtienne le rang qu'il n'avait jamais mérité...
Le rang de Leader des Bandersnatchs.
SON rang.

Ce fut comme tourner brusquement le contact, faisant chauffer le moteur. Une vague de colère emporta le jeune homme qui se remit soudainement sur les jambes, et se tournant vers Raven, s'avança rapidement et lui envoya son poing droit, son poing dont l'effroyable chaîne s'était déroulée et pendait mollement à son bras ; dans le si joli minois de la Seconde. Peut-être lui briserait-il le nez ; Peut-être l'assommerait-il ; mais le coup n'était pas chaînée, sans quoi la mâchoire de la Bandersnatch ne l'aurait pas supportée...

Et puis la dépression s'abattit sur lui et l'emprisonna entre ses serres, refusant de lâcher sa proie qui lui avait déjà échappée une fois. Freak se tenait là, droit, immobile, ayant un peu reculé, de nouveau consterné par la tournure des événements. Sous coup de colère était passé. La tristesse était revenue. La douleur était toujours là.

Ses yeux gris étaient posés sur la jeune fille devant lui.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


[[ Yo. Pour l'anecdote, je comptais frapper avec le poing chaîné puis je me suis souvenu des effroyables dégâts que ça causait, et je pense que Raven veut garder sa machoire et son crâne intact so on va éviter ! + pour le coup, à toi de voir si ton petit nez se brise ou pas o/ ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Lun 29 Mai - 19:05

Kids aren't alright - Même un enfant n'aurait pas mal ! -

Freak

Raven

Un frisson m'avait parcouru. Alors voilà, il se reveillait enfin? J'esquissais un sourire, prête à m'amuser. Non, je ne sais pas si ça me faisait réellement plaisir, mais je tenais mon objectif, il était juste là. Je pouvais le toucher du bout des doigts... Même si la tâche n'allait pas être simple avec Freak comme adversaire. Mais je visais ça depuis longtemps, je devais me préparer. Il venait d'avoir une étincelle.

Même si je m'étais préparé, je sentis rapidement le contre coup. Son coup de poing toucha ma joue, mon nez... D'ailleurs, la vive douleur qui venait de me parcouru, de me transpercer, le fait d'avoir perdu l'équilibre et d'avoir entendu un: "Crack" me signifiait bien qu'il n'y allait pas de main morte... Alors que ma langue passait sur mes lèvres inondées de sang qui coulait presque par litre de mon nez, je m'étais même mordue la langue... Le goût du sang me fit frissonner, et me colla un frisson d'un plaisir intense... J'étais vraiment accro à ça. Ce goût si particulier, de fer, de rouille, si dégueulasse pour les autres, et tellement délicieux pour moi. Oui, j'aimais ça. L'aspect, la couleur, le goût, l'odeur... C'était un vrai plaisir. Malgré la douleur qui se propagé dans mes sinus, surtout dans mes sinus frontales, et que dire de mes sinus ethmoïdaux, l'os de mon nez était presque tordu... Oui, à mon avis il devait l'être. Une douleur à la tête, un léger vertige me prit mais je me rattrapais rapidement. Je n'étais pas à mon premier nez cassé. Si, d'accord, c'était la première fois que c'était si douloureux... Mais j'étais plutôt chanceuse dans mon malheur, sa chaîne s'était déroulée de son bras. Sinon, là, je pouvais déjà préparer ma tombe... Je soupirais alors que je passais ma main sur ma bouche pour enlever le sang, faisant une grosse trace de sang à mon poignet. Je serrais la mâchoire...

Je me revoyais encore il n'y a pas longtemps, on était l'un dans les bras de l'autre à s'envoyer en l'air, à rire à gorge déployée, buvant ensemble je ne sais combien de Nevanade... J'avais presque envie de rire à cette situation. A présent, quelque chose venait de se rompre. C'est fou comme ce peu d'année ensemble peuvent être balayé... Comme si je voulais effacer ces pensées de ma mémoire, je m'approchais d'un pas rapide venant presque à quelques centimètre de ses lèvres... L'envie de m'en emparer ne manqua pas, mais c'était plus un coup de tête que je lui donnais. J'avais déjà mal, autant profiter de la douleur... Il était légèrement assommé, j'attrapais sa chaîne pour le tirer vers moi, j'allais en profiter, ça n'allait pas durer longtemps... Je me saisissais ensuite de son bras, et me servant du mouvement, je pouvais réalisé un Harai gashi (le faire passer au-dessus de mon épaule), le faisait chuter lourdement au sol, et au passage le faire cogner dans une des chaises déjà au sol. Je terminais le tout en clé de bras.

- Alors? Tu ne tiens pas plus que ça à ton titre? lui murmurais-je doucement à l'oreille.

J'avais l'habitude de lui susurrais des mots à l'oreille, mais là, c'était différent. Mon ton n'était pas chaud, ni sensuel, il n'y avait pas mon petit ton coquin comme à mon habitude. Non, une voix froide, presque moqueuse, provocatrice. Il était à nouveau gnan gnan, à nouveau amorphe. Je voulais qu'il se réveille, alors quoi de mieux qu'un peu de provoc?

Beaucoup de bruit s'échapper de la pièce... Et quelques curieux venaient de se ramener. Peu importe, qu'ils voient, qu'ils ouvrent les yeux sur ce qu'était "leur chef"... Cette loque. Je poussais le "cadavre" de Freak avec mon pied, l'envoyant au sol, puis je m'écartais, m'essuyant encore le nez... J'avais d'ailleurs laissé du sang sur le sol. Merde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte PNJ
Messages : 87
Date d'inscription : 12/01/2016
Age : 99
Localisation : ...


Carte d'Identité
Véritable nom ::
Age : :
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Mar 6 Juin - 2:21




Kids aren't alright

Feat. Freak & Raven








Freak était là, vacillant, seul, indéniablement seul. Raven ? Raven le détestait, c'était là la seule raison logique à ce déchaînement de violence... Oh, il comprenait. Lui même ne s'aimait pas, il ne voyait pas quelqu'un d'autre le faire à sa place. Et la voila qui revenait, s'approchant de lui comme pour l'embrasser, lui qui ne réagissait pas, qui ne savait que faire ni que penser d'elle. C'était peut-être mieux si elle le tuait tout de suite ?

Effectivement, ce ne furent pas les lèvres de la Seconde qui entrèrent en contact avec sa chair, mais le crâne dur et l'obstination de la jeune fille qui heurtèrent violemment sa boite crânienne, provoquant grande douleur dans son esprit qui souffrait déjà de corps et d'intérieur. Freak tituba, mais une pression sur sa nuque lui indiqua que la jeune femme s'était à nouveau emparée de sa chaîne, comme on tire sur la laisse d'un chien qu'on déteste dans le but de se faire obéir coûte que coûte. Peinant à suivre les mouvements de celle qui l'affrontait, Freak ne compris pas ce qui se déroulait quand il se sentit basculer en avant, et que son dos comme son crane heurtèrent violemment le sol, se cognant contre le mobilier alentour lui coupant la respiration qu'il parvint à grand peine à retrouver.
Mais la fille aux cheveux roses ne lui laissa à peine le temps de respirer qu'elle se saisit de nouveau de son bras, le lui pliant douloureusement dans le dos tandis qu'elle lui susurrait à l'oreille.

- Alors ? Tu ne tiens pas plus que ça à ton titre ?

L'esprit malade de Freak peinait à suivre le déroulé des événements, et maintenant que tout était brutalement calme, les paroles de Raven s'enfonçait dans le crâne du bipolaire avec autant de violence et de dégâts que l'aurait fait des lames rouillées enfoncées directement dans ses tempes.
Son titre.
Son titre.
Chef des Bandersnatchs.

Mais... Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'elle faisait ça ? Regardant devant lui sans comprendre, ses yeux gris le brûlant, Freak cherchait à comprendre pourquoi celle qu'il avait apprécié s'acharnait avec tant de joie à lui ravir la seule chose qui lui restait et qu'il appréciait.
Et sa voix résonnait, moqueuse, dans son esprit, écho ravageur qui détruisait le Géant aussi bien que ses propres pensées.
Malheureux comme jamais, Freak ouvrit la bouche mais fut incapable de répondre.

Alertés par les bruits produits par le "combat", pour peu qu'on ai pu appeler cela un vrai combat, les Bandersnatchs aux alentours s'étaient précipités dans les escaliers pour les rejoindre ; et voila maintenant que trois des gars se tenaient sur le palier, observant la scène qui se jouait devant leurs yeux, le Géant qui fixait devant lui sans bouger et la seconde qui semblait s'en être pris à leur chef.

Non, pas la seconde.
La Cheffe.

Si la plupart des Bandersnatchs étaient au courant de l'état mental de l'homme aux cheveux mal décolorés, aucun n'aurait jamais voulu en profiter pour asseoir son rang au sein du gang. Le monde les avait déjà assez emmerdé comme ça, ils allaient pas se faire des crasses pareilles dans leur semblant de famille, pas vrai ?
Apparemment, Raven avait décidée que si. Mais elle n'était plus Seconde, maintenant, elle était cheffe.

Alors que les membres du gang observaient la scène, le troisième s'en étant allé prévenir le reste de ce qui venait de se produire, Freak sentait qu'on le poussait dans l'espoir de le faire chuter un peu plus.
Elle venait de le détruire et de le faire chuter de son trône, ça ne lui suffisait pas déjà ? Au moins, la voici qui s'écartait.

Un membre du gang, peut-être un peu plus compatissant, ou simplement un peu moins choqué que les autres, venait de s'avancer avec méfiance de l'ancien leader, observant les réactions de Raven du coin de l'oeil, s'assurant qu'elle ne lui ferait rien tandis qu'il aiderait la ruine à se redresser...
Freak s'était mis à bouger.

Sans dire mot, il s'était relevé, lentement, seul, et après avoir parcouru la scène de son regard gris, avait posé les yeux sur Raven. Il aurait voulu ne pas lui accorder un seul regard, un seul instant, mais n'avait pu s'empêcher de poser sur elle ses orbites où venaient de s'allumer une lueur de mépris et de haine sans pareille.
Puis il s'était retourné, lentement, observant sans animosité celui qui avait voulu l'aider.

Il n'était plus rien, maintenant.
Plus rien.
Demain, il serait mort, et on l'oublierait à jamais. Il avait tout perdu par sa faute. Parce qu'il n'était rien qu'une merde sans nom, une erreur de la nature, un déchet humain bon à être haït jusqu'à la fin de sa misérable et pitoyable vi- le coup de poing avait fusé, rapide, imprévisible, pour s'écraser dans le mur de béton où il avait laissé une trace sanglante et avait déchiré ses chairs dans sa colère.

- PUTAIN DE MERDE, ABRUTI ! C'EST QUOI TON PROBLÈME, HEIN ?!

Sa voix, presque un rugissement, empli la pièce alors qu'il s'énervait contre lui, contre lui seul, l'exécrable être qu'il aurait volontiers battu à mort si cela avait été possible. Au lieu de cela, il se blessait, et la douleur du coup émanait désormais avec force de son poing, brûlante, remontant dans son bras comme une des punitions de son enfance.

Son bras retomba le long de son corps, et Freak observa la marque ensanglantée qu'il avait laissé sur le mur râpeux d'une épave urbaine qu'on ne finirait jamais. Tsss... Le Mugenjo était plus proche de lui que les autres humains, finalement.

D'un pas lourd, sa crise de colère l'ayant quitté, Freak sortit de la pièce ; il s'était de nouveau enfermé dans son silence maladif et dévastateur, insensible à la douleur qui émanait de son corps et ses yeux qui le piquait ; et son regard portait au loin, fixant le néant qui était désormais sa vie.

Le Géant se remit en route, plus dévasté qu'il ne l'avait jamais été.
Il n'était plus rien.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://here-we-go.forumrpg.org
avatar
Bandersnatchs
Leader
Messages : 30
Date d'inscription : 22/03/2017


Carte d'Identité
Véritable nom :: Leïna Lentz
Age : : 21 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]   Mar 6 Juin - 19:30

Kids aren't alright - Même un enfant n'aurait pas mal ! -

Freak

Raven

Les autres rappliquaient. Haha. Dès qu'il y a de l'agitation, ils pointent leur bout de nez. Leurs fesses. Mais là, ils viennent assister à un important combat... Le dernier de Freak. Du chef Freak. Assister à la naissance de la nouvelle cheffe? Si on pouvait dire ça. Je le fixais, le sang encore coulait de mon nez, les douleurs dans ma tête se faisaient de plus en plus sentir... Et j'avais quelques moment troubles. Mais rien de très inquiétant. Du moins je pense. Alors que je passe à nouveau mon poignet sur ma bouche, pour enlever le sang, non pas que je déteste ce goût, au contraire, je sens petit à petit une certaine sensation à en vouloir plus. Je me mord même la lèvre par excitation. Je fixe l'homme au sol. J'ai envie de l'attraper par les cheveux pour lui faire bouffer ce mur qui se trouve à ma droite. J'ai envie de lui câler mon pied dans le pléxus, une envie de plus en plus forte de lui coller mon poing encore plus fort qu'il ne l'avait fait... Mes yeux, mes pupilles sont presques trop dilatées, comme si j'étais sous l'emprise de drogue. Une drogue délicieuse qu'était le sang... Je me rappelle vivement de la première crise que j'avais fais. Les crises sanguinaires comme ils les appelaient... Un état de trans où je ne suis plus moi même mais simplement une machine à tuer. Mais il m'en faut plus pour me mettre dans cet état. Là, je regarde seulement Freak. Son regard croisant le mien me colle des frissons. Une envie de lui écraser sa sale gueule sur le sol me prend... Mais c'est tout autre chose qui se produit. Je vois des mecs le relevaient. J'ai envie de les frapper: de quoi ils se mêlent? Je crois qu'un grognement vient de sortir de ma bouche. Un râle, comme un chien qui va mordre, un chien enragé tremblant de haine. Allez... Lève toi. Bats toi. Tu n'es pas aussi faible ! J'avais presque un sourire moqueur. Oui, regarde moi. Déteste moi. Tu vois à quoi je t'ai réduis? A rien. Je t'ai détrôné. Alors viens. Attaque bordel !
Son coup de poing dans le mur me fait frissoner. Que fait-il ? Il s'attaque au mur. Je fronce les sourcils. Ce n'est pas à lui qu'il doit s'en prendre. Espèce d'abruti ! Il bouge. Mais... Que fait-il? J'écarquille les yeux: il part ? Je reste abassourie. QUOI?!

- Espèce de lâche...

A qui disais-je cela? A moi ? A lui ? Au monde entier? Je tombe à genoux. Fixant la sortie. Les autres membres s'approchent, certains partent. L'aura que je dégage les dissuades de faire quoi que ce soit. Ils se regardent, s'interrogent. Je suis la nouvelle cheffe ? Comme ça? De cette façon? C'est... Pathétique.

"They say before you start a war, you better know what you're fighting for."
Pourquoi est-ce que je bats? Je sens mes forces me quitter d'un coup. Mon regard si avide de sang, de violence devient vide. Mon sang qui coule de mon nez tombe en goutte sur le sol... Mon coeur se serre. Il me fait encore plus mal que quand j'ai reçu mon cou. Il s'écrase dans ma poitrine, ma gorge se remplie de sanglot, elle m'étouffe elle aussi. Comme la violence du coup que j'ai porté à Freak... Mon ami... Ma victoire a un gout de défaite. Du dégoût. Je fixe encore et encore cette porte, une douleur encore plus immense envahi mon corps, je frissonne, je tremble. Cette colère vient de tomber. Je vois flou, non pas à cause du coup, mais de l'eau, mes yeux commencent à être noyés... Qu'est ce qu'il vient de se passer? Je viens de réaliser mon rêve, alors pourquoi le sourire n'est-il pas sur mon visage? Pourquoi je sens une envie de faire marche arrière...? Un sentiment étrange s'empare de moi... J'ai froid.

Est-ce ça le goût de la victoire? De la réalisation de son rêve. Je me relève. Mes mains sont rouges, surement mon sang. Ce n'est même pas celui de mon ennemi. Ennemi... Alors c'est ça que nous sommes à présents? Des amis que tout à réuni, à présent tout nous désunis. Je fixe encore la porte. Cette main qui tenait la sienne il n'y a pas encore si longtemps... Mes lèvres rougies par le sang était rouges différent pour lui. Alors que je colorais les lèvres de ce garçon de mon rouge, de mon sourire, je viens de le tâcher de désespoir, seule la couleur bleue, couleur de la tristesse vient peindre ce tableau. Alors que nos corps étaient encore l'un contre l'autre, un vide immense les sépares à présents. Comment. En quelques minutes... Des jours, des semaines, des mois, des années passés ensemble, viennent d'être détruit par des secondes, des minutes.

Je fais un pas. Je manque de trébucher. Un poids sur mes épaules m'empêche de bouger... De la culpabilité? Le poids du pêché...? Je force. Je marche sans vraiment le vouloir, mes pas me guident vers la sortie, je soupire. Alors que je redresse la tête, attrapant un tube de nicotine, je le glisse entre mes lèvres... A présent sa langue n'y passera plus. La flamme du briquet m'éblouis, me brûle presque. Je me laisse tomber sur le sommier moelleux de mon lit. Soudain... Je me mets à rire. Je ne sais pas pourquoi... Mais je rigole. Je trouve ça ironique et vraiment stupide.

- Dis, si tu étais là, comment me trouverais tu? Pitoyable, n'est-ce pas...

Un nouveau liquide, cette fois limpide, recouvrit mes joues... Je ne savais pas qu'il pouvait pleuvoir à l'intérieur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
RPTEST - Kids aren't alright [PV Raven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Raven : Nevermore
» Raven Sloth
» Oh my beautifull Hell |Raven Nightray|[Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Here We Go ! :: Aire de Détente :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: