Here We Go !

« Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ; t'apprendront tout ce que tu n'as jamais su »
 
Radio

Partagez | 
 

 IT'S YA BOI ! SAY HELLO TO THE SICK TWISTED FREAK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bandersnatchs
Second
Messages : 13
Date d'inscription : 15/05/2017
Autres comptes : GH0ST ; Ulysse Alvarez


Carte d'Identité
Véritable nom :: Sean Arson
Age : : 24 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: IT'S YA BOI ! SAY HELLO TO THE SICK TWISTED FREAK   Jeu 25 Mai - 18:42



FREAK

✗ Véritable identité : Sean Arson
✗ Surnom : Freak (Freak est un mot anglais signifiant  monstre humain, anormal, flippant ou encore dérangé)
✗ Sexe : Homme
✗ Âge : 24 ans
✗ Groupe & Rang : Bandersnatchs - Leader
✗ Avatar utilisé : Guzma - Pokemon

✗ Particularités :  Freak est atteint de troubles maniaco-dépressifs ; autrement dit, il est bipolaire.

- Il se bat avec des chaines, des vraies, enroulées autour de ses poings et avant-bras.

❝ If I had a million dollars ❞


Admirez celui qui fait bling bling !


Le physique ? Ouais, si vous voulez.

Des cheveux en pétard, blancs, mal décolorés et laissant apercevoir des racines noires – couleur d'origine trahie par les sourcils d'encre qui surmontent deux pupilles grises, deux yeux fatigués et cernés d'un noir, installé ici depuis les nombreuses nuits d'insomnie du combattant ; les deux couleurs, séparées par des lunettes aussi grosses que dorées. ... Hm, oui, noir, blanc et doré, ce sont bien les trois couleurs parfaites pour décrire le leader des Bandersnatchs.

Niveau fringue ? Le géant d'1m96 ne porte que des fringues de marque, tout le monde sait ça ! Notamment une immense et large veste noire, aux manches parcourues de zigzag blancs, veste qui couvre un simple t-shirt blanc la plupart du temps... Hm, vous vous attendiez à de l'exceptionnel ? ATTENDEZ. Freak complète la panoplie avec un large pantalon noir arborant des croix blanches aux niveau des mollets et de grosses pompes blanches aux lacets noirs.

Concernant bijoux et autres babioles, Freak se pare de bijoux aussi dorés et bling-bling que son esprit orgueilleux et narcissique le désire. Cela comporte quasiment toujours une montre en or aussi excessivement chère qu'excessivement grosse, couplée d'une imposante chaîne se terminant par un crâne, et qui ne quitte pratiquement jamais son cou.

Pour ce qui est des détails concernant le physique même, on remarque rapidement un tatouage sur chaque avant bras, un crâne bleu ; le corps du géant est celui d'un gosse des rues devenu combattant dans celle-ci ; et même si son poids à tendance à fluctuer notamment à cause de sa maladie, nous pourrons dire qu'il reste relativement normal pour un homme de cette taille et de cet age. On remarquera la manière qu'il a de se tenir, toujours penché : s'il se redresse... Courez.  




G҉O҉D҉ A҉N҉D҉ D҉O҉G҉


Les troubles bipolaires (ou syndrome maniaco-dépressif) sont des troubles de l'humeur caractérisés par des épisodes alternant euphorie et dépression.

Freak ? Bof, tout dépend de ceux à qui vous demandez. Pour certains, c'est le plus grand malade qu'ils aient jamais vu. Pour d'autres, le plus triste des gars que vous pourriez rencontrer.

Si on le prenait sans sa maladie, on pourrait dire de Sean que c'est un grand gamin agressif, possessif et audacieux avec un besoin maladif d'affection et de taper sur tout ce qui le contrarie. On pourrait le dire fier et fidèle en amitié, c'est vrai. Un peu brutasse aussi, narcissique mais soucieux de ceux auxquels il tient – et dieu sait qu'il y tient.
Les maltraitances qu'a subit Freak durant son enfance lui ont laissées de profondes cicatrices, autant sur le corps que sur l'âme : et ces marques qui ne s'effaceront plus le poursuivent et le tourmentent autant le jour que la nuit.

Mais si on le prenait avec sa maladie, alors là, tout deviendrait beaucoup plus compliqué.
Freak est atteint depuis son adolescence de troubles bipolaires qui se sont petit à petit installés au point de lui détruire la vie autant qu'ils la pimente.

Une loque humaine sans espoir ni désir, sans égo ni volonté de vivre, un être de tristesse infinie, de grande fatigue et d'immense peine, la main sur la lame et la lame sur les veines, voilà à quoi pourrait bien ressembler le leader des Bandersnatchs dans une de ses crises dépressives.
Durant ses phases maniaques ? C'est beaucoup plus compliqué. Speed, euphorique, excité, prêt à tout et sans la moindre notion du danger et des réalités. Narcissique à outrance, hyperactif et intenable. Bien braves sont ceux qui parviennent à suivre jusqu'au bout les délires de leur chef quand Freak part dans une de ses crises incontrôlables.

Étonnamment, le leader pourtant au courant de ses périodes à la mentalité particulièrement différente se refuse à y voir là une maladie ou toute autre trace de folie. Il est juste un freak, un gars dérangé.





WHAT'S WRONG WITH YOU.


Sean est né. C'est un bon début, non ?
Ah, vous en voulez plus. Ok, je vois.

Sean est le second fils d'un mariage se portant plutôt bien, enfant d'une scientifique et d'un bureaucrate tout ce qu'il y avait de plus simple.
Bon, on va pas se mentir, dès l'enfance, Sean commençait à devenir le vilain petit canard de la famille. Un mauvais comportement à l'école, des résultats pas toujours corrects... Oh, il était pas méchant non, juste un peu... Imparfait. Dans une famille où tout le monde réussissait et où l’aîné voulait devenir scientifique comme sa maman, c'est sûr que ça faisait un peu adopté, pas vrai ?

Apparemment, ses parents l'aimait, jusqu'à un temps. Enfin, c'est ce que Sean se disait autrefois ; maintenant, il ne s'en soucie plus.
Ses parents l'aimait, mais eux ne s'aimaient plus. Pourquoi ? Les mystères de la vie, sûrement, ou alors peut-être à cause de lui, ou du bureaucrate un peu trop jaloux, ou du frère trop parfait, lui. Ouais, sûrement à cause de ce connard. Accusons-le.
Ça nous évitera d'obtenir un gosse se demandant dans un coin si ses parents se séparent et ne l'aime plus car il a fait une connerie ou qu'il est juste une erreur.
Ah merde, trop tard.

Enfin bref. Petit à petit, la gentille et jolie famille se mit à se craqueler de tout les côtés, et un jour, elle se brisa d'un coup sec ; Sean et son père d'un côté, et son frère et sa mère de l'autre.
Se fut la dernière fois que le gamin vit la première femme de sa vie et l'autre qui partageait son sang. Est-ce qu'ils avaient cherchés à le récupérer, est-ce qu'ils l'avaient oublié ? Il n'en su jamais rien.
J'ai menti quand je disais qu'il ne s'en souciait plus.

Petit à petit, le vilain petit canard grandit, et oublia au passage de devenir le plus beau des cygnes. Ses résultats étaient toujours de plus en plus mauvais, son comportement se détériorait tout autant, et il finit par se faire renvoyer de l'école, restant confiné chez lui à la merci de son père.

Le gentil bureaucrate un peu jaloux avait fini par s'interroger sur ce mariage et laisser sa jalousie parler. Incapable de retrouver un peu du confort d'avant, perdant petit à petit ses qualités de travail et relâchant ses nerfs à travers les coups portés sur son fils aussi chelou que bon à rien, le Père continuait de se poser d'effroyables questions et de cultiver avec cruauté et mesquinerie la culpabilité de son dernier enfant. Et puis bordel, c'était quoi son problème ?! Il pouvait pas être comme son frère, ou comme sa mère, à la limite ?! C'était de sa faute s'ils étaient partis, de toute manière, il avait qu'à être meilleur, un autre, ou mort !

La stabilité du foyer déjà branlant s'effondra avec le renvoi du Père, emportant dans sa chute le géniteur et son Freak de fils. La déchéance s'installa comme un roi dans son royaume ; et c'est à avec les coups et les reproches que le père de Sean décida qu'il allait s'occuper de son enfant. Tour à tour, Freak devint pour son père son fils préféré, sa femme, le réceptacle de sa haine, le dernier membre de sa famille qui lui restait, un punching ball qui traînait trop dehors quand il aurait dû être disponible pour se faire frapper, un fou bon à rien, un objet sexuel utile faute d'être bon à quoi que ce soit, une déception, une preuve vivante de son échec à lui, en tant que mari et que père.

Et vous savez le pire ? Sean revenait toujours, parce que c'était sa seule famille, après tout, et puis, son père avait sûrement raison, pas vrai ? Il avait toujours foutu la merde, c'était forcément de sa faute, à lui, cet être anormal, ce... ce Freak.

Et puis un jour, Freak péta les plombs pour de bon ; et son père se félicita d'avoir eu raison en voyant une mauvaise graine dans son cadet, et le frappa un peu plus fort, dans le taudis qui leur servait désormais de lieu de vie.

Et puis au bout d'un ultime coup, Freak décida qu'il en avait assez. Qu'il ne se laisserait plus frapper et agresser et abuser par ce type qu'il avait appelé Papa. Le géant foutu un pain à son agresseur, Goliath envoya son poing dans la face de David et le plus beau c'est qu'il gagna et qu'il comprit que sa force et les particularités de son physique ne disparaissaient pas quand il passait la porte d'entrée.

Évidemment, son père, le nez en sang et faisant des bulles avec son hémoglobine décida qu'il fallait mieux s'enfuir pour éviter le courroux du malade déchaîné qu'il avait aux trousses.
C'est à ce moment que le karma passa dans le coin.

Le karma passa, sous la forme d'un quatre-roues avec moteur et pare-chocs bien résistant, et le Père tomba et se releva plus jamais.
Tant mieux. Connard.

Comme quoi, la liberté, ça tient souvent à bien peu de chose - un délit de fuite par exemple. En deux temps trois hurlements, Freak était libre. Tout ce qu'il avait vécu avait disparu ou prit la forme d'une bouillie sanguinolente.
On enterra le père avec le peu d'argent qu'il restait, on pissa sur sa tombe au passage ; puis comme l'argent venait à manquer et les dettes à s'accumuler, on vendit les meubles, la voiture, tout le reste ; et même l'appartement, empli de si mauvais souvenirs, dans lequel on ne pouvait plus vivre.

C'est ainsi que Freak sombra un peu plus et commença à voler voitures, appartements, passants, combattre dans la rue, vivant de ce que ses parents avaient toujours détesté chez lui. Membre combattant des Bandersnatchs, il était pourtant parvenu à acheter un petit appartement aussi bordélique que son esprit, et le plus beau c'est qu'il n'y vit même plus, passant de temps en temps pour nourrir ses insectes, squattant un étage du Mugenjo depuis qu'il est devenu maitre du mon-euh, Leader des Bandersnatchs, il y a un an de cela maintenant. Oui, c'plutôt un beau score oui, merci.

Comment il a fait ? En défonçant bien comme il faut l'ancien leader quelle question ! Enfin bref, voilà voilà, on arrive à la fin de l'histoire. Elle vous a plu ? Pas moi. Mais bon, n'en parlons plus et voyons ce qu'il adviendra du géant des Bandersnatchs !




What about you





✗ PUFF : Fearling
✗ Âge : 4000 ans et des poussières. Beaucoup de poussières
✗ Des idées pour l'améliorer ? : MORE BOOTY
✗ Comment avez-vu connu le forum ? : Aucune idée
✗ Code : :>




© Halloween



Dernière édition par Freak le Ven 26 Mai - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bandersnatchs
Second
Messages : 13
Date d'inscription : 15/05/2017
Autres comptes : GH0ST ; Ulysse Alvarez


Carte d'Identité
Véritable nom :: Sean Arson
Age : : 24 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: IT'S YA BOI ! SAY HELLO TO THE SICK TWISTED FREAK   Ven 26 Mai - 18:41

Présentation terminée. Je m'auto valide xD

_________________

Freak

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
IT'S YA BOI ! SAY HELLO TO THE SICK TWISTED FREAK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» Just Freak Out ! - El'
» Dafuq ? - No worries, it's just some freak girls.
» Un FREAK est née [ Sheamus / Bryan / Edge ] P1
» Ma nouvelle montre, elle est sick :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Here We Go ! :: Du matin au soir nous te surveillons ! :: Fiches d'Identification :: Fiches validées-
Sauter vers: