Here We Go !

« Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ; t'apprendront tout ce que tu n'as jamais su »
 
Radio

Partagez | 
 

 You'd better shut up, you gossip girl ! - Leviathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Din Waves
Animatrice Radio
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : Juste là où il faut ;3


Carte d'Identité
Véritable nom :: Aaliyah Reynolds
Age : : 20 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: You'd better shut up, you gossip girl ! - Leviathan   Mar 1 Nov - 23:34



Leviathan

✗ Véritable identité : Aaliyah Reynolds
✗ Surnom : Leviathan
✗ Sexe : Fille
✗ Âge : 20 ans
✗ Groupe & Rang : informatrice et chieuse attitrée des Din Waves
✗ Avatar utilisé : Self(ie) de Nakanoart (et quelques Venoms)

Leviathan est une neonuxis rose dont la mutation se montre un peu lente, elle n'est qu'au stade des cheveux et ses yeux commencent à peine à se colorer, se mêlant avec son ancienne couleur en formant un mélange orange ou doré qu'elle arbore comme un trophée.

Au début elle voulait se faire appeler Lilith, mais les gens ont plutôt commencé à l'appeler Lucifer ou Leviathan à cause de son orgueil, son narcissisme et sa jalousie. Finalement son incroyable renommée de grande gueule a fait rester le dernier. Le pire c'est qu'elle s'y est faite, la conne.

Elle est particulièrement douée pour créer et propager des ragots et ça lui a valu une sale réputation auprès de pas mal de gens, même si c'est elle qu'on tend le plus à aller voir pour choper les dernières informations tant elle semble avoir des yeux et des oreilles partout.

❝ Ça te dirais pas de fermer ta grande gueule, Levi ? ❞


Looks like a piece of art...


Aller. Ce serait con de parler de tes lèvres, de ton visage, de faire tes éloges. Tu le fais mieux que quiconque, je devrais pas m'attarder à t'aider, mais j'ai un peu les mains liées. Si on se contentai de te regarder et que tu fermais un peu plus ta grande gueule, tu passerais sûrement pour une fille sympa, un peu osée avec ces habits si courts et cette silhouette brisée -sans rire, tu tapines ou bien ?- et certainement très joyeuse vu le panel de couleurs que tu abordes. De très mauvais goût, je dirais. Je pourrais laisser un peu parler tes T-shirts mais il semble qu'ils ne savent dire que de la merde. "Very Bad Girl", "Sex Beast", "Kiss my Ass", mon préféré reste celui avec "Take my hand..." devant et "...in the head !" derrière.

Tu es d'une taille relativement normale, pas plus d'un mètre soixante-huit, même pas la cheville de ton ego. Tu es plutôt élancée avec des atouts certains, va-t-on dire, une poitrine tout juste cachée par un haut si large que c'est un miracle qu'il tienne sur tes fines épaules et qu'il n'est même pas capable de cacher ton soutien-gorge, à tel point qu'on en voit presque tout le temps le haut. On peut aussi parler de tes longues jambes souvent nues parce que tu ne portes que des minishorts qui servent surtout à mettre tes fesses un peu plus en valeur, et tant qu'on y est à souligner tes airs de pouffe.
Enfin...ta mutation n'aide pas non plus, que ce soit tes longs cheveux roses phosphorescents toujours arrangés avec cette mèche de pétasse devant l’œil ou ces mêmes yeux dorés que tu ne peux t'empêcher de mettre partout où ça ne te regarde pas. Finalement tes longs doigts fins et leurs ongles manucurés et vernis en cyan fluo finissent de confirmer ton air de branleuse.

Ouais, okay, je vais le dire même si je sens que je vais le regretter. Tu es belle. Mais ne te méprends pas, ma cocotte, ça c'est si tu gardes le silence et je ne sais que trop bien que tu ne saches pas te taire.




Tastes like gasoline...


Alors voilà, je l'ai dis, tu es belle, on est content. Mais ne t'excites pas trop vite, poulette, on vient que de commencer. On est tous les deux d'accords pour dire que le concept de beauté intérieure est totalement débile, mais tu vaux l'exception. Parce que si tu parais baisable lorsqu'on se concentre uniquement sur ce à quoi tu ressembles, ce que la plupart des idiots font, il suffit que tu ouvres ta grande gueule pour qu'on se rende tout de suite compte que t'es rien de plus qu'une jolie coquille autour d'un cœur en boue. Tes tares à toi, elles sont surtout dedans.

Okay, je te l'admets, tu n'es pas répulsive, tu aimes les couleurs, la fête, t'amuser, tu es une Din Waves et ce n'est pas pour rien. Tu vas facilement vers les gens et apprécie le contact humain, voir le contact tout court, parfois un peu trop au goût de certains, ceux que tu voudrais bien avoir entre les jambes. Tu carbures plus aux boissons gazeuses bourrées de caféine qu'à des drogues plus dures mais tu ne dis jamais non à un petit rail ou une pastille, voire une piqûre de temps en temps, tu n'y es pas insensible mais ne t'y accroches pas, c'est pas ton genre de te perdre, tu es trop importante à tes propres yeux.

Et c'est là qu'on y met les pieds. Trop importante à tes propres yeux, c'est peu dire. Totalement persuadée d'être le centre du monde et la chose la plus importante de celui-ci, la perfection, l'alpha et l'oméga, tout l'alphabet grec s'il le faut, même le latin tant qu'on y est t'irais mieux. Parce que voilà : tu es une narcissique maladive, une créature de pur ego, presque capable de tuer juste par jalousie ou parce qu'on l'ignore, qui estime que n'importe qui se doit de l'aimer et de l'admirer.

Je te donne ça, tu ne dis pas que de la merde, en tout cas pas autant que tes T-shirts. Quand tu l'ouvres, tu passes pas pour une idiote. Ça va, t'es pas si conne, c'est pas comme si ça dégoulinait à ce point là. Nan, t'es même plutôt intelligente. On va plutôt dire que chacune de tes tirades, avec de rares exceptions, visent à montrer à tes interlocuteurs que tu es la meilleure. La plus belle, la plus intelligente, la plus rusée, la mieux habillée, celle qui en sait le plus, je vais pas tout lister. Et si quelqu'un ose faire venir le sujet à lui, il y a pas moyen que tu la mettes en sourdine, à la première occasion tu t'en empares à nouveau. "Moi je", "Moi je", "Moi je", tu n'as que ça à la bouche.

Comme si ça ne te suffisait pas d'être à ce point casse-burne à déballer ta vie à tout va, tu n'hésites pas à détruire celle des autres, usant de ton véritable réseau d'espions pour dégoter les moindres rumeurs, leurs donner de l'importance, puis les cracher comme un venin sur tous tes blogs. C'est presque un don naturel, chez toi, et faut dire que ça te vaut une belle réputation, pas seulement celle de la pire garce qui existe, mais aussi celle d'une des plus grandes mines d'infos de l'île. Si tu n'avais pas été aussi insupportable, peut être que tu aurais pu devenir journaliste people...





And acts like a nasty bitch.


Donc ? Les lecteurs attendent, ils veulent savoir pourquoi tu es une crasse pareille, quel est le passé difficile qui a fait de toi la membre d'un gang, comment tes mutations sont apparues. Ils ont des questions, Aaliyah.

Pas tout à fait fille unique, mais pas non plus entourée d'une foule d'autres enfants, tu n'as eu qu'un seul frère, Abel, né douze ans avant toi, à seulement une semaine près. Pourquoi tous les deux en octobre ? Aucun de vous n'était voulu, vous n'êtes que le fruit des fêtes de fin d'année, d'un peu trop d'alcool et d'esprits trop minces. Oui, tes parents étaient des idiots, mais visiblement tu le leur reprochait toi aussi. Tu as grandi seule, plus éduquée par ton frère que par les deux adultes qui te servaient de géniteurs, l'une faisant des petits boulots, jonglant entre caisse et balais, et l'autre trop occupé à se bourrer la gueule devant la télé, avachi sur son canapé dégueulasse ou à aller aux putes. Rien que le fait qu'il léguait autant son gène me donne envie de vomir. Et pour embellir le tableau, quand il avait bu le coup de trop, il vous battait Abel et toi.

Vers tes cinq ans, Abel commença à rentrer de plus en plus tard et à s'opposer de plus en plus à votre père. Leurs disputes effrayaient la petite cruche naïve et inconsciente que tu étais, tu préférais t'enfermer dans votre chambre et te planquer la tête sous l'oreiller. Le jour de tes six ans, alors que vos parents n'étaient plus là, ton frère te promis de partir avec toi, il t'apparaissait comme le prince charmant, grand, fort, il prenait les coups à ta place. Mais, alors qu'il quitta la maison le lendemain en te promettant de revenir vite, qu'il n'avait que quelques petites bricoles à régler, il ne revint pas. Alors le calvaire commença réellement. Sans lui pour t'accompagner et te protéger, tu te retrouva seule à être tabassée par le grand puant. Tes résultats scolaires commencèrent à stagner alors que tu préférais un train de vie superficiel. Si ça ne paya pas à l'école, ton entrée au collège se fit bien remarquée. Ce milieu-là était bien plus propice aux comportements grégaires, et tu devins l'une des filles les plus populaires, suivie par tout un tas de greluches au crâne plus vide que le tient, mais cachant sous tes habits ridiculement courts les bleus et les coupures de la veille.

Treize ans à peine et une cure de Nevenade commençait à avoir ses effets. Cobaye de l’imbécillité morbide de ta mère qui pour dieu-sait-quelle raison, plutôt que de payer une facture supplémentaire, cuisinait avec celle de la rivière.  Ton corps commença lentement à changer. Au début personne ne pouvait juger de ta nouvelle nature, pas même toi, et puis ton sang se mit à briller d'un violent rose bonbon. Ce n'était qu'un début, puisque bientôt ta langue suivit. Tu l'affichas comme un trésor, te moquant du monde en tirant ta langue fluo. Et le pire, c'est que bien des gens en étaient admiratifs, parfois même jaloux...

Du haut de tes quinze ans, tu avais déjà goûté à l'alcool, à quelques drogues, faisait la fête avec des adolescents parfois bien plus vieux que toi et offrit ton pucelage à un presque inconnu. Est-ce que tu t'en es voulue ? Non. Pour ta logique de pouffe, ça ne pouvait que prouver que tu valais plus que toutes les autres, sobres et vierges, tu te sentais mature. Quelle petite conne.
Un événement probablement marquant, et pourtant ce ne fut pas le plus important de cette année. Non, elle chamboula même ta vie morose bien plus que ça. Qui aurait pu croire qu'après tout ce temps, ton frère reviendrait te chercher ? Parce que c'est ce qu'il fit. Frais comme un gardon, avec sa cicatrice à l'arcade, sa balafre sur la joue, son impact de balle dans l'épaule et ses cheveux verts fluos. Mais est-ce que tes parents accueillir cette idée sans rien dire ? Pas le moins du monde. Une bagarre entre Abel et le daron éclata. Une table renversée, des assiettes cassées, puis, sans que tu ne comprennes d'où, un pistolet apparut. Un énorme revolver noir, un Mateba Model 720. Deux coups, deux claquements assourdissants comme des éclairs, de la cervelle et du sang qui gicle partout, teintant les murs de la pièce de rose, de rouge et de jaune. Ton père s'effondra, la tête éclatée et l'abdomen marqué d'un trou de la taille d'un poing. Le reste, tu n'en as que des souvenirs très flous, une voiture, une vitre brisée, des sirènes de polices, et ton frère qui conduit sous la pluie.
Et le lendemain ? Réveil dans un conteneur de bateau aménagé en haut d'un toit, une odeur de calamar plus ou moins fraîchement péché et une toute nouvelle vie en perspective.

Bien évidemment, Abel était loin d'être ce que l'on pouvait appeler une "bonne influence", mais de toute façon ton cas était déjà une cause perdue. Il t'intégra aux Din Waves sans problème, leur mode de vie correspondant parfaitement au tient. Il portait le pseudonyme de Seraph, et bientôt tout le monde te donna celui de Cherub, vous faisiez un superbe duo, parfois appelés les Neon Angels. Fêtes, drogue, sexe, tout ça devint plus que jamais un morceau de ton ADN, ta vie devint une longue journée entrecoupée de petites pauses. Les gens te trouvaient sympathique, sans réel plus, mais tu étais l'adorable petite sœur aux cheveux enfin roses de Seraph, celle qui écartait les cuisses pour peu qu'on lui fasse deux ou trois compliments. Une belle salope.

Et puis, ce moment vint où la vie doit basculer. C'est toujours le cas pour vous, sinon ce serait pas drôle, c'est presque comme si nous étions sadiques. Pourquoi ton frère portait toujours un revolver tirant du 357 magnum sur lui ? "Ah non, Aali, je ne t'apprendrais pas à tirer avec, il pourrait te déboîter le poignet !" te disait-il en rigolant. Une arme de ce calibre, c'est pas à prendre à la légère. On lui voulait des noises. Une vieille histoire de gangs, avant même qu'il ne rejoigne les Din Waves, la même qui lui avait empêché de te sortir de ce putain de calvaire avec cet enfoiré qui te tenait de père. Une vieille histoire de fric, peut être aussi de drogue et de petite copine. Impayé avec circonstances aggravantes. Le genre d'histoire qui vient te faire un trou dans la tête une nuit pluvieuse au fond d'une ruelle crade.

Bang. Rien de plus, juste un bang, peut être des cris, mais c'était déjà fini. Lentement, la couleur de tes yeux virait à l'orange, puis à l'ocre. Personne ne te reconnaissait réellement, tu n'étais pas devenue dépressive comme on aurait pu le prévoir, loin de là, ce n'aurait jamais été ton genre, et on pouvait ajouter à ça les nouvelles modifications physiques. Mais ce ne fut pas tout, ça n'aurait certainement pas suffit. Tu devins également ce que tu es aujourd'hui, toujours la même pétasse affriolante et lascive, mais avec la méchanceté et l'acidité en plus. De la jeune fille facile à la jeune teigne narcissique et médisante, il n'eu suffit que d'un seul coup de feu. Aux yeux de beaucoup, Seraph comme Cherub étaient morts. Même dans ta tête, ils disparurent. Pas que ce Mateba ne te rapproche pas de ton frère, à trôner sur ta table de chevet, sous ton oreiller ou même parfois dans ton sac à bandoulière, garder cette arme avec lequel tu ne saurais probablement pas tirer est tout de même un sacré indice de ton attachement, mais tu avais choisi de te changer. Et quand ta petite tête toute dure s'éprend d'une idée, elle ne risque pas de la lâcher.

Alors le gentil petit ange devint une sale pute de démon, plaçant ses milliers d'yeux partout où il pouvait -les Dins auraient plutôt dû t'appeler Argos, en fait- histoire de racler le moindre millimètre de merde qui restait sur chacun, surtout ceux qui se refusaient à toi, te faisaient de l'ombre ou simplement dont la tête ne te revenait pas. La simple membre sans réelle importance devint bien vite la principale mine d'infos du gang, une incroyable pub au travers de nombreux réseaux sociaux, mais aussi une foutue grande gueule qui ne veut jamais se la fermer. Lilith, tu voulais ? Ils trouvèrent que Leviathan t'allait mieux.

Alors voilà la tienne de tragédie, Aaliyah. Mais vas pas t'en plaindre, cocotte, j'ose encore espérer que t'es pas en plus du genre drama-queen.




So what about me ?





✗ PUFF : Jamais été un grand fan des PUFFs, je préfère qu'on m'appelle par mon pseudo ^^
✗ Âge : 17 ans
✗ Des idées pour l'améliorer ? : Peut être aussi des annexes sur la technologie ?
✗ Comment avez-vu connu le forum ? : En cherchant un truc futuriste, mais dés que je suis arrivé, l'esthétique jet set radio m'a tout de suite accroché !
✗ Code : 404 3RR0R




© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Hacker
Messages : 137
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 97
Localisation : Dans un autre mooooonde, fait de pirates et de roi-lioooooon


Carte d'Identité
Véritable nom :: ?
Age : : 19 ans
Un truc à ajouter ?:

MessageSujet: Re: You'd better shut up, you gossip girl ! - Leviathan   Mer 9 Nov - 22:53

Bien bien bien

Alors, tout d'abord, je te souhaite la bienvenue parmi nous !
Comme on en a discuté sur la chatbox, ta fiche est correcte, et je vais donc désormais de valider.

Pour le rang, tu seras donc Membre en attendant la "promotion" chez les Din Waves, et n'oublie pas, tes yeux changeront de couleur avec la mutation !

Sur ce, tu es officiellement et JUSQU’À LA FIN DES TEMPS... Validée.

Bon jeu, amuses-toi bien parmi nous, et au plaisir de rp avec toi !

_________________



Merci à Mangle pour cet avatar des plus glorieux et Raven pour cette superbe signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
You'd better shut up, you gossip girl ! - Leviathan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gossip Girl RPG
» Gossip Girl [PV]
» Gossip Girl The Return
» Ça fait tellement de bien de dire du mal.
» Gossip Girl || Libres 6/7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Here We Go ! :: Du matin au soir nous te surveillons ! :: Fiches d'Identification :: Fiches validées-
Sauter vers: